Pétrole : la crainte de l’embargo européen fait grimper les prix

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 30 mai 2022 à 9h02
Total Russie Petrole Gaz 2
120 DOLLARSLe prix du baril de Brent a dépassé les 120 dollars dans la nuit du 29 au 30 mai 2022.

L’Union européenne continue de maintenir la pression sur la Russie et prévoit toujours un sixième paquet de sanctions pour répondre à la guerre en Ukraine. Parmi les mesures, l’embargo sur le pétrole reste d’actualité, malgré la réticence de la Hongrie : l’UE pense donc à moduler la sanction afin d’obtenir l’aval de Budapest. La Bourse croit en un succès, si bien que le prix du pétrole est de nouveau au plus haut.

Embargo sur le pétrole russe : vers une exception pour la Hongrie

Si l’Union européenne n’a pas encore réussi à interdire à ses pays membres de se faire livrer du pétrole depuis la Russie, c’est essentiellement à cause de la Hongrie. Alors qu’une sanction de ce type nécessite l’aval de l’ensemble des 27 pays de l’UE, la Hongrie s’y refuse, mettant en avant sa forte dépendance au pétrole russe.

L’UE pense donc à modifier la sanction : l’embargo se ferait tout en permettant à Budapest de continuer d’être livré. Pour cela, selon les informations révélées par la presse, l’oléoduc Droujba serait exempté. Ce dernier permet à la Russie de livrer du pétrole à la Hongrie, la Slovaquie ainsi que la République Tchèque. La Hongrie, notamment, reçoit par ce biais 65% de sa consommation.

Dans sa nouvelle version, présentée dimanche 29 mai 2022, l’embargo ne serait donc pas total. Objectif : faire changer d’avis la Hongrie, jusque-là toujours farouchement opposée à la mesure économique et qui bloque l'embargo.

Le pétrole Brent repasse au-dessus des 120 dollars

Si aucun accord n’a été trouvé le 29 mai 2022, un nouveau sommet européen à ce sujet se tient les lundi 30 et mardi 31 mai 2022. L’issue reste incertaine, mais la Bourse semble croire qu’une entente est proche. Preuve en est, la hausse du prix du pétrole en Bourse.

Lundi 30 mai 2022, avant l’ouverture de la Bourse de Paris, le pétrole Brent a une nouvelle fois dépassé le seuil symbolique des 120 dollars le baril, à 120,05 dollars. Une hausse de près de 1% par rapport à la veille mais, surtout, un prix qui n’avait pas été atteint depuis le 24 mars 2022.

Le pétrole américain, le WTI, suit la même tendance, affichant 116 dollars le baril, là aussi au plus haut depuis fin mars 2022.

Une forte hausse du prix du carburant avant l’été 2022 ?

Pour les consommateurs, cette nouvelle tendance haussière du prix du brut est une potentielle mauvaise nouvelle : le prix du gasoil avait largement dépassé les 2,10 euros le litre lorsque le Brent était au-dessus des 120 dollars le baril, tandis que l’essence SP95-E10 frôlait les 2 euros le litre. Par la suite, la ristourne gouvernementale de 18 centimes d’euro TTC est entrée en vigueur faisant artificiellement baisser les prix.

Si l’embargo est adopté par l’UE, la tendance haussière en Bourse devrait se poursuivre voire s’accentuer. De quoi potentiellement faire battre au prix du brut de nouveaux records pour l’année 2022 ce qui se traduira par une forte hausse des prix des carburants à la pompe. Quelques semaines avant les grandes vacances d’été, ce serait un coup dur pour le budget des vacanciers.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis