Avec la crise énergétique, Saudi Aramco gagne 500 millions par jour

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 29 novembre 2022 à 9h22
Petrole France Emirats 2
18 MILLIARDS $Saudi Aramco a confirmé le dividende de 18 milliards de dollars pour le deuxième trimestre 2022.

C’est un super-profiteur de crise que les pays européens ne pourront pas taxer, bien qu’en France le gouvernement n’ait pas cette volonté, contrairement à d’autres pays européens. Saudi Aramco, la plus grosse compagnie pétrolière du monde, a vu ses gains exploser au deuxième trimestre 2022. Mais le prix du brut n’a cessé de chuter depuis…

Saudi Aramco : Près de 50 milliards de bénéfices en trois mois

La publication des résultats de Saudi Aramco, détenue par l’Arabie Saoudite, cheffe de file du Cartel de l’or noir, l’OPEP, confirme une nouvelle fois que les compagnies pétrolières profitent largement de la crise énergétique et des tensions sur le pétrole qui ont explosé avec la fin de la pandémie et la guerre de la Russie contre l’Ukraine. Au deuxième trimestre 2022, le bénéfice du groupe a atteint 48,39 milliards de dollars en trois mois, dépassant les attentes. C’est plus d’un tiers de la capitalisation de TotalEnergies (132,20 milliards de dollars au 15 août 2022) et, surtout, plus de 500 millions de dollars par jour.

Avec sa production de près de 10 millions de barils de pétrole par jour, Saudi Aramco n’a pas encore atteint sa capacité de production maximale qui est de 13 millions. La marge de progression est donc majeure, mais le pétrolier ne devrait pas l’atteindre : plus l’offre sur le marché est élevée, plus le prix du baril baisse, ce qui ne ferait pas les affaires de l’entreprise et de ses actionnaires, Arabie Saoudite en premier lieu.

Un dividende record pour le deuxième trimestre 2022

Les actionnaires, et en particulier l’Arabie Saoudite qui détient encore 98% de l’entreprise (seulement 2% de Saudi Aramco ont été listés sur la Bourse de Riad en 2019), vont toucher gros. Les résultats du deuxième trimestre 2022 vont permettre au pétrolier de confirmer son dividende de 18 milliards de dollars pour le seul deuxième trimestre.

Le pétrole chute en Bourse depuis juin 2022

Mais cette aubaine financière pourrait s’arrêter rapidement : si Saudi Aramco, comme TotalEnergies et les autres compagnies pétrolières, ont enregistré des bénéfices record, c’est grâce au pic de prix du brut en Bourse. À la suite du début de la guerre, le pétrole s’échangeait à plus de 110 voire 120 dollars le baril.

Les craintes concernant la demande chinoise et même mondiale ont néanmoins inversé la tendance : tout le mois de juillet 2022, le cours du brut a été en baisse, passant de plus de 110 dollars à moins de 100 (pour le Brent, le pétrole de la Mer du Nord). Les marchés ne semblent pas voir d’amélioration sur ce front à court terme.

D’ailleurs, le 16 août 2022 avant l’ouverture de la Bourse de Paris, le Brent affichait moins de 95 dollars le baril, soit le niveau pré-guerre en Ukraine. Le WTI, le pétrole américain, suit la même tendance, chutant à moins de 90 dollars le baril (88,92 dollars).

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis