La Commission européenne veut taxer les panneaux solaires importés de Chine

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 9 mai 2013 à 6h26

L'énergie renouvelable c'est bien, mais parfois cela entraîne quelques complications…

Ainsi, depuis mardi, la Chine est accusée par l'Europe de favoriser ses propres fabricants de panneaux solaires, au détriment des constructeurs européens. La Commission européenne avait pourtant ouvert une enquête, à la fin du mois de février dernier, accusant la Chine de concurrence déloyale, au niveau des appels d'offre, après une plainte déposée par des industriels européens.

Mais l'affaire empire. Mercredi, la Commission en est arrivée au point de vouloir fortement taxer les panneaux solaires importés depuis la Chine, sur le "vieux continent". Oeil pour oeil… Une décision qui n'a pas manqué de faire réagir les ministres allemand et français de l'Environnement, appelant eux à une solution politique et diplomatique avec le pays du soleil levant. "La France et l'Allemagne travaillent de concert, pour une fois" diront les plus cyniques.

"Il faut séparer la procédure judiciaire qui aboutira, et la deuxième chose qui est que nous cherchons évidemment une solution politique avec la Chine sur ce sujet" a notamment déclaré le ministre allemand Peter Altmaier. Même son de cloche avec son homologue français, notre ministre de l'Environnement Delphine Batho. Sur le plan des énergies renouvelables, les deux haut-fonctionnaires ont d'ailleurs d'ores et déjà annoncé que la Chine ferait partie du "Club des énergies renouvelables", lancé au début de l'année et qui se réunira le 1er juin prochain à Berlin.

Le secteur du photovoltaïque marche pourtant bien. Il marche même si bien que les industries de ce marché font face à une véritable surcapacité du secteur. Il s'agit donc d'un problème international sur lequel les ministères de l'Environnement doivent plancher très sérieusement, comme l'a indiqué Delphine Batho.

En ce qui concerne la France, le secteur solaire est durablement impacté par la crise et a perdu environ 14 000 emplois depuis 2008. Quoi qu'il en soit, ce problème chinois devrait rapprocher la France et l'Allemagne sur le sujet puisque les deux ministères ont indiqué vouloir mettre en place une "coopération plus étroite entre les deux entreprises françaises et allemandes", sur ce sujet.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est membre de la rédaction d'Economie Matin

Suivez-nous sur Google News Economie Matin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.