Piratage vidéo : 5 « King Dotcom amateurs » condamnés à 220 000 euros chacun

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 27 septembre 2012 à 5h04

N'est pas King Dotcom qui veut. Cinq émules du pirate des pirates, le fondateur de Megaupload, qui permettait jusqu'à son interdiction par la justice américaine de télécharger des millions de films piratés, ont été condamnés hier par la justice française. Lourdement condamnés, puisqu'ils se partagent à 5 une facture de 1,1 million d'euros de dommages et intérêts, soit 220 000 euros par personne.

Ces pirates faisaient partie d'un réseau qui non seulement encodait les films à partir de DVD ou de vidéos réalisées en salle (les fameux screeners), mais ajoutait aussi les bandes sons françaises, soit, là encore, enregistrées en salle, soit tirées des DVD canadiens notamment. Puis, ces sites étaient mis en ligne sur des sites web où le téléchargement était facilité pour ceux qui acceptaient de prendre une offre payante, censée améliorer le débit et permettant de télécharger plusieurs films simultanément. Dans certains cas, les films téléchargés et compressés ne pouvaient être déverouillés que par le biais d'un appel à un serveur audiotel, donc payant, verrouillage justifié par... les frais qu'engendraient le piratage et la mise en ligne sur Internet !

Les juges n'ont que peu apprécié la plaisanterie, et prononcé des peines de trois à six mois de prison avec sursis et donc ces dommages et intérêts qui iront dans la poche de Disney, Universal Pictures et Warner Bros, qui avaient saisis la justice.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).