Au Portugal, le Premier ministre maintient coûte que coûte le cap de l’austérité

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 9 avril 2013 à 1h48

Pas question de lâcher à nouveau les cordons de la bourse. Au Portugal, le Premier ministre Pedro Passos Coelho a annoncé hier lors d'un discours solennel à la Nation retransmis à la télévision de nouvelles coupes, notamment dans les budgets de la Sécurité sociale, de la Santé et de l'Éducation. Au grand dam de la population, de l'opposition de gauche et des syndicats qui crient à la fin de l'Etat-providence, mais aussi de la Cour constitutionnelle.

Cette dernière a en effet rejeté la semaine dernière le budget 2013 présenté par le Premier ministre portugais, au motif qu'il contenait trop de mesures d'austérité. De fait, ce budget prévoyait une hausse généralisée des impôts, une réduction des allocations chômage et maladie et privait notamment les fonctionnaires et les retraités de leur 14ème mois de salaire ou de pension. Mais il faut bien réaliser des économies faute d'argent dans les caisses, s'insurge le chef du gouvernement ! Celles annoncées hier visent donc, d'après lui, à compenser celles qui étaient prévues dans le budget et qui ne pourront être réalisées du fait de la censure des Sages, soit un manque à gagner estimé entre 900 millions et 1,3 milliard d'euros.

Même si pour l'heure le programme de rigueur a plutôt aggravé la récession économique en vigueur depuis le dernier trimestre 2010 au Portugal, le pays n'a pas vraiment d'autre choix que de se serrer la ceinture. Surveillé de près par ses créanciers, et par la fameuse troïka (composée de la Banque centrale européenne, de l'Union Européenne et du Fonds Monétaire international) qui doit lui rendre visite prochainement, le Portugal doit maintenir ses objectifs, c'est-à-dire notamment ramener le déficit public à 5,5% du PIB et économiser environ 4 milliards d'euros d'ici 2015.

C'est la condition sine qua none posée par la troïka pour verser les 78 milliards d'euros prévus dans le plan de sauvetage en 2011, et en particulier une nouvelle tranche d'aide de 2 milliards d'euros. Comme à Chypre ou ailleurs, les institutions européennes et internationales conditionnent plus que jamais leurs prêts à des réformes structurelles. Et à des économies d'ampleur, aussi douloureuses soient-elles.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.