Pour être au clair avec les Français, calculons la durée de vie avec les vivants et non pas avec les morts

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Daniel Moinier Publié le 18 août 2016 à 5h00
France Esperance Vie Calcul Erreur
66 millionsLa France compte plus de 66 millions d'habitants.

Depuis des siècles, la durée de vie est calculée et annoncée en tenant compte de tous les enfants nés. C e qui est a priori réaliste, mais en ce qui concerne le calcul pour les durées de travail, de durée de retraite, etc,… la base des données est erronée.

Sous Louis XIV, vers 1660, l’espérance de vie était de 25 années. Sur 100 enfants qui naissaient, 50 n’atteignaient pas l’âge adulte, 25 disparaissaient entre vingt-cinq et quarante ans, 10 seulement devenaient sexagénaires.

En 1900, l’espérance de vie a presque doublé depuis l’ère Louis XIV, soit 48 années. La durée de travail était encore de 70 heures par semaine, 7 jours sur 7 ! Elle est passée à 60 heures en 1906 et à 48 heures en 1919 : Première journée de loisirs par semaine.

En 1936, la durée de travail est passée à 40 heures avec l’acquisition des deux premières semaines de congés. Elle est revenue à 40 heures en 1946 après avoir été réaugmentée pendant la guerre. En 1945, après la première guerre mondiale, la durée de vie était de 60 ans et la durée légale du travail, instituée en 1936, de 65 ans. Les caisses de retraite et même de Sécurité Sociale ne pouvaient être ainsi que bénéficiaires ! En 2000, l’année des 35 heures, l’espérance de vie était de 79 ans. En 2016, elle vient d’atteindre les 82 ans, hommes et femmes confondus.

L’erreur fondamentale qui a toujours était faite par beaucoup des politiques et médias, c’est d’annoncer une espérance de vie en tenant compte uniquement des naissances. C'est-à-dire que l’espérance de vie a toujours paru pour tous, beaucoup plus faible que ce qu’elle n’est réellement. L’Insee, la « Sécu » effectuent bien des états prenant en compte l’espérance de vie à 20 ans, 40 ans, 60 ans, etc, mais elles n’apparaissent que rarement aux yeux du commun des mortels.

Alors enlevons tout nos « morts » des calculs pour connaître les durées de vie moyenne par tranche d’âge. Sous Louis XIV, les 25 ans de durée de vie, nous paraissent vu d’aujourd’hui, complètement irréels. Si les morts avant d’être adultes n’étaient pas comptabilisés, l’espérance de vie serai passée d’un coup de 25 à 50 ans !

Il serait intéressant d’avoir en tête deux durées de vie estimées :
- Celle lors de l’entrée (moyenne) au travail (Env 23 ans ½) = 83 ans
- Celle à l’âge moyen de départ en retraite (vers 60 ans) = 85,5 ans

Ce qui représente 1 an de plus pour les jeunes entrant au travail et surtout 3 années ½ pour les nouveaux retraités. Ce qui peut paraître peu, mais très important lorsque l’on étudie le niveau des prélèvements, des pensions de retraite, des calculs de revalorisation, etc. Avec cela, il n’est pas du tout tenu compte de la durée globale réellement travaillée.

Constat : Plus la durée de vie a augmenté, plus les durées de travail et d’activité ont diminué.

En 2016, il manque un peu plus de 25% d’augmentation de niveau de vie (ou de PIB) pour que la France retrouve au minimum ses équilibres : Etat, Sécurité Sociale, Caisses de retraites et d’Assedic,… En 2016, cela représente un manque environ 14.500 heures par salarié sur la durée de vie. Cela pourrait se traduire par 40 heures par semaine avec une augmentation de la durée d’activité de 4,6 années.

Mais le calcul pourrait être tout autre : Augmenter le temps par semaine au-delà de 40 heures ; les Suisses sont bien à 43 heures par semaine (et toujours à 65 ans de départ en retraite) et ils s’en portent très bien ; et augmenter d’une façon moindre l’âge de départ en retraite. Il ne faut pas oublier que plus les durées de travail et d’activité seront importantes, plus le niveau vie sera élevé, plus le taux de chômage sera faible et pourquoi pas proche de zéro. Ce n’est pas utopiste. Et ne dites pas, comme certains politiques qu’avec 5% de chômeurs nous atteindrons le plein emploi !

Pour vous situer, vous trouverez ci-dessous, la proportionnalité du niveau de PIB par rapport au budget de l’Etat.

1974 PIB/Budget = 0%
1982 PIB/Budget = - 6%
1992 PIB/Budget = -12%
2002 PIB/Budget = -16%
2012 PIB/Budget = -23%

A fin 2015, nous sommes à -25% de PIB, soit 25% d’heures travaillées en moins puisque c’est proportionnel. Beaucoup de pays d’Europe ont depuis plusieurs années, augmenté leur temps de travail sur la durée de vie, notamment l’Allemagne, les Pays Nordiques. Mais tous avaient déjà un réel avantage sur la France puisqu’aucun n’ayant opté pour la semaine de 35 heures et la retraite à 60 ans !

Nous récoltons les « fruits » des temps de loisirs, de farniente : tel la fable de La Fontaine« La cigale et la fourmi », la famine, c'est-à-dire : Les déficits constants depuis 1975, une dette colossale, un niveau de vie fortement dégradé, un taux de chômage des plus élevé d’Europe, des banlieues devenues zones de non droit, des agriculteurs au bord du gouffre, des entreprises qui n’ont pas arrêté de « s’éteindre » et de se délocaliser avec des marges les plus bases d’Europe, un peuple très mécontent, je m’arrête là, la liste serait trop longue…

www.livres-daniel-moinier.com

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Daniel Moinier a travaillé 11 années chez Pechiney International, 16 années en recrutement chez BIS en France et Belgique, puis 28 ans comme chasseur de têtes, dont 17 années à son compte, au sein de son Cabinet D.M.C.Il est aussi l'auteur de six ouvrages, dont "En finir avec ce chômage", "La Crise, une Chance pour la Croissance et le Pouvoir d'achat", "L'Europe et surtout la France, malades de leurs "Vieux"". Et le dernier “Pourquoi la France est en déficit depuis 1975, Analyse-Solutions” chez Edilivre.

Aucun commentaire à «Pour être au clair avec les Français, calculons la durée de vie avec les vivants et non pas avec les morts»

Laisser un commentaire

* Champs requis