Santé : trop de médicaments prescrits, trop d’examens inutiles d’après les Français

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Publié le 20 mai 2014 à 6h29

Faut-il réformer la manière de soigner en France ? à en croire un récent sondage réalisé par Ipsos pour la fédération hospitalière de France, oui. Car selon les Français les médecins ont leur part de responsabilité dans le trou de la sécu : ils prescriraient trop de médicaments et trop d'examens redondants. Marisol Touraine, qui veut réaliser 10 milliards d'économies dans la santé à l'horizon de 2017, a du pain sur la planche.

Les médicaments sont au cœur des potentielles économies

Ce sondage ne remet pas en doute la qualité des soins prodigués en France par les divers médecins mais montre que les Français sont sensibles aux dépenses de l'Assurance Maladie, surtout si celles-ci sont inutiles. Il faut dire qu'avec un trou de 12,5 milliards d'euros en 2013, la Sécurité Sociale est un casse-tête pour le gouvernement et la santé économique du pays.

Les personnes interviewées par Ipsos sont formelles : pour 90% d'entre elles les médecins prescrivent trop de médicaments qui sont, par la suite, remboursés. En 2013, les dépenses en médicaments des Français se sont chiffrées à 22,6 milliards d'euros, en baisse de 0,4% par rapport à 2012.

Et avec 48 boîtes de médicaments en moyenne par personne et par an, les Français sont les premiers consommateurs européens des produits issus des laboratoires pharmaceutiques. Il y a donc du travail à faire de ce côté-là et les médecins ont leur rôle à jouer.

Des examens « redondants » ?

Les Français estiment également subir trop d'examens dont certains qu'ils considèrent « redondants ». Naturellement, il est difficile de faire confiance à leur avis : tous les Français ne sont pas médecins et ne peuvent pas juger de l'utilité ou non d'un examen. D'ailleurs, seuls 37% des sondés ont ce sentiment.

Mais c'est un sentiment qui, semble-t-il, est assez justifié, d'après l'Académie de médecine. Que ce soit au niveau des échographies, de la chirurgie, des dépistages du cancer du sein ou encore des simples examens biologiques, des dérives seraient présentes en France.

L'Igas, l'Inspection générale des affaires sociales, estiment d'ailleurs qu'il serait aisé de réduire de 10% les examens biologiques en cinq ans. De quoi engranger une économie de pas moins de 300 millions d'euros pour la Sécurité Sociale. 350 millions d'euros pourraient tout aussi facilement être économisés en réduisant les actes de radiologie et de kinésithérapie.

Les Français abusent-ils du système de la Sécurité Sociale ?

La crainte est partagée par pas moins de 88% des Français : ils craignent que leurs concitoyens profitent du système, voir en abusent. Possible, mais difficile à justifier, d'autant plus que chacun croit souvent que l'autre abuse alors qu'il ne pensera pas qu'il en abuse lui aussi, consciemment ou inconsciemment.

Par contre, il est vrai que les professionnels de la santé profitent du système : plus de 66% des fraudes à l'Assurance Maladie proviennent d'eux. Parfois, il ne s'agit que d'erreurs de facturation, parfois il s'agit de choses plus graves comme la facturation de prestations fictives ou encore la falsification d'ordonnances. En 2010, les fraudes à l'Assurance Maladie ont été un préjudice de 156,3 millions d'euros pour l'organisme.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio