La commission européenne voit 0,1 % de croissance en France en 2013

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 21 février 2013 à 10h14

Bon, c'est toujours mieux que 0 %, mais on est loin des 0,8 % auxquels le gouvernement était encore accroché voici peu. Certes, Jean-Marc Ayrault puis François Hollande ont tous les deux reconnus ces derniers jours que ce chiffre ne serait pas atteint, mais restent évasifs sur leur nouvel objectif.

La Commision Européenne, elle, a fait ses calculs, et présentera ses prévisions de croissance demain, mais le chiffre a donc déjà fuité : 0,1 % au mieux en 2013, mais surtout, un objectif de réduction des déficits publics, les fameux 3 % du PIB des critères de Maastricht, désormais intenables aux yeux des prévisionnistes de Bruxelles. Au mieux, le déficit public français devrait être contenu à 3,6 % d'après la Commission.

La conséquence d'une croissance nulle ou presque par rapport aux prévisions du gouvernement c'est qu'il va manquer au bas mot 10 milliards au budget de l'Etat cet année. Il faudra donc créer de nouvelles recettes, (la fiscalisation des allocations familiales en serait une) ou... réduire les dépenses publiques, ce qui reste toujours aussi compliqué semble t-il.

Au moins la Commission Européenne devrait être indulgente avec la France semble-t-il, résignée à admettre que la France n'est pas seule responsable de cette situation, mais que la croissance nulle est exogène. Même l'Allemagne devrait faire seulement 0,4 % cette année. Reste que les pays européens vertueux (aux budgets équilibrés) comme l'Allemagne ou encore le Danemark vont sans doute râler...

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).