Carburants : la hausse continue, le diesel creuse l’écart, l’horizon s’éclaircit

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 15 mars 2022 à 11h33
Essence Station Baisse 1
0,258 EUROLe prix du diesel a augmenté de 25,8 centimes d'euro en une semaine en France.

Comme chaque semaine, le ministère de la Transition écologique et solidaire a publié les données sur les prix moyens des carburants en France. La hausse se poursuit, sans surprise, portée par un prix en Bourse qui a atteint des niveaux record depuis 2008. Mais quelques bonnes nouvelles pourraient laisser penser que le pire est passé.

15 centimes de plus pour l’essence, 25 de plus pour le diesel

Les prix à la pompe moyens de la semaine du 4 au 11 mars 2022, publiés lundi 14 mars 2022 par le gouvernement, confirment la tendance haussière : l’essence SP95-E10, la moins chère des trois types d’essence vendus en France, voit son prix au litre augmenter de 15,7 centimes d’euro. Quant au gazole, la hausse est encore plus élevée : 25,8 centimes en une semaine.

Le diesel creuse donc l’écart : après être devenu en moyenne plus cher que l’essence le 4 mars 2022, le litre coûte désormais 12 centimes de plus que celui de l’essence SP95-E10. Il faut compter, en effet, 2,1407 euros en moyenne en France pour un litre de diesel contre 2,0286 euros pour un litre d’essence.

Mais attention : les prix publiés lundi 14 mars 2022 sont arrêtés au vendredi 11 mars 2022 et sont des prix moyens. Il n’est donc pas étonnant, ni même rare, qu’ils soient plus élevés.

En Bourse, le pétrole chute drastiquement

Si les prix relativement élevés vont se poursuivre encore plusieurs semaines voire plusieurs mois, la situation semble s’améliorer. Rassurée par le dernier tour de table entre l’Ukraine et la Russie du lundi 14 mars 2022, qui n’a pas mis un terme au conflit mais semble commencer à ouvrir la voie à une résolution de celui-ci, le prix du brut a drastiquement chuté.

Le 15 mars 2022 avant l’ouverture de la Bourse de Paris, le Brent affichait un prix de 102 dollars le baril, tandis que le WTI, le pétrole américain, retombait sous la barre des 100 dollars. Or, le pic à 129 dollars du Brent ne date que du 8 mars 2022 : le prix du pétrole a chuté de plus de 27 dollars le baril en une semaine.

S’il reste malgré tout plus de 25 dollars supérieur au prix début 2022, cette baisse devrait rapidement se répercuter dans les stations-essence. Selon les données du ministère, lorsque le Brent daté affichait 98,9 dollars le baril, soit durant la dernière semaine de février 2022, le prix moyen de l’essence était de 1,79 euro et celui du diesel de 1,74 euro.

1er avril 2022 : une baisse de 15 centimes le litre de carburant

L’horizon, en Bourse, semble s’éclaircir pour le pétrole, bien que le monde ne soit pas à l’abri d’un nouveau pic dans les prix. Mais cette bonne nouvelle vient s’ajouter à celle de la ristourne de 15 centimes le litre, annoncée par Jean Castex, le 12 mars 2022.

En supposant un prix du baril qui se stabiliserait aux alentours de 100 dollars, les prix à la pompe de l’essence et du diesel pourraient se stabiliser à environ 1,8 euro le litre. Or, dès le 1er avril 2022 et durant quatre mois, le gouvernement va faire baisser ce prix à la pompe de 15 centimes d’euro.

Essence et diesel pourraient alors s’acheter environ 1,65 euro le litre, soit un prix proche de celui de la première semaine de janvier 2022. Selon les données du ministère, cette semaine-là le diesel coûtait 1,58 euro le litre, l’essence SP95-E10 1,65 euro le litre.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis