Carburants : Le prix du Diesel n’a jamais été aussi bas depuis février 2010

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Publié le 1 septembre 2015 à 7h11
Diesel Prix Bas Record Pompe Petrole Carburant Automobile
80,2%Le Diesel représente 80,2% du carburant vendu en France.

Depuis le temps qu'on nous parle de la baisse du prix du pétrole commencée en ce début d'année 2015 et jamais terminée depuis (il a frôlé un record en août 2015) il était temps que ça se répercute sur les prix à la pompe. C'est chose faite, avec un prix du diesel qu'on n'avait plus vu depuis plus de 5 ans en France. Et la bonne nouvelle c'est qu'il n'est pas près de remonter...

1,08 euro le litre de Diesel, qui dit mieux ?

Selon les chiffres officiels publiés lundi 31 août 2015, la situation est simple : le prix du Diesel connaît sa treizième semaine de baisse consécutive et atteint le niveau record pour 2015 : 1,08 euro le litre à la pompe. A peine quelques mois plus tard de ce qu'on avait prévu en décembre 2014 lorsqu'on prédisait le Diesel à un euro pour janvier 2015.

Car fin août, dans certaines stations-essence, le Diesel a bien touché l'euro tout rond et a même passé cette barre symbolique pour afficher 99 centimes le litre. Pas partout, cependant, d'où le prix moyen de 1,08 euro le litre.

Et ce prix, en France, on ne l'avait plus connu depuis février 2010.

Baisse générale des carburants sur fonds de pétrole bas

Avec le Diesel, qui représente tout de même 80,2% du carburant vendu en juillet 2015 selon l'Ufip, l'essence suit le mouvement et chute à 1,3173 euro le litre pour le sans plomb 95 et à 1,3894 euro le litre pour le sans plomb 98.

Et il faut remercier les cours du pétrole pour ça : ils restent historiquement bas avec le Brent de la mer du Nord qui a perdu 4 dollars le baril en une semaine et affichait 42,70 dollars le vendredi 28 août 2015.

Pourquoi le pétrole chute ? C'est toujours pour la même raison : l'offre est supérieure à la demande et le marché du brut est engorgé par le pétrole de l'OPEP qui n'a toujours pas réduit sa production... et par le pétrole iranien qui va arriver rapidement sur le marché.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio