Le procès hors-norme de Volkswagen s’ouvre lundi 30 septembre

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Nicolas Boutin Modifié le 30 septembre 2019 à 9h19
Volkswagen Reconversion Milliards 1
11Volkswagen est accusé d'avoir installé un logiciel truquant les émissions polluantes sur 11 millions de voitures.

Le groupe automobile est accusé d’avoir truqué 11 millions de véhicules. Le procès s’ouvre lundi 30 septembre à Brunswick (Allemagne).

450.000 plaignants

Le « dieselgate » devant les tribunaux. Lundi 30 septembre s’ouvre le procès du groupe Volkswagen à Brunswick. La marque est sur le banc des accusés après avoir reconnu en septembre 2015, avoir installé un logiciel truquant les émissions polluantes dans 500.000 véhicules vendus aux États-Unis. Un chiffre ensuite revu à la hausse et qui donne des vertiges : 11 millions de voitures dans le monde.

Un procès géant où pas moins de 450.000 plaignants sont regroupés derrière la VZBV, l’association des consommateurs allemands et l’Adac, l’association des automobilistes allemands. Les juges devront déterminer si le groupe a « causé un préjudice » et agi « de manière contraire à l’éthique ».

Une issue incertaine

Un procès à l’issue encore incertaine qui pourrait se prolonger dans le temps. De son côté, Volkswagen prévoit déjà un possible appel devant la Cour fédérale, ce qui pourrait repousser la décision judiciaire à 2023. Si celle-ci est favorable aux propriétaires des voitures, ils devront chacun faire valoir leurs droits pour obtenir d’éventuelles indemnisations.

À la suite du « dieselgate », c’est la modification d’une loi, permettant des actions collectives de ce genre, qui permet aux victimes de faire front contre le groupe automobile. La plainte avait été déposée le jour de son entrée en vigueur, le 1er novembre 2018.

Laisser un commentaire

* Champs requis