Le prochain film de Disney ne sortira pas dans les salles de cinéma françaises

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Paul Laurent Modifié le 10 juin 2022 à 17h50
Pexels Pixabay 258846
67,42 milliards de dollarsEn 2021, The Walt Disney Compagny a réalisé 67,42 milliards de dollars de chiffre d'affaires.

À cause de la chronologie des médias en France, Disney a fait le choix de renoncer à sortir son prochain film Strange World en salle et de le lancer directement sur sa plateforme de streaming Disney+.

Chronologie des médias

À la fin de l’année 2022, le film Strange World de Disney va sortir sur la plateforme de streaming Disney+, mais pas dans les salles de cinéma françaises a annoncé le studio d’animation. « C'est la conséquence de la 'chronologie des médias' telle que pratiquée en France que nous jugeons inéquitable, contraignante et inadaptée aux attentes de nos audiences », a expliqué Hélène Etzi, présidente de Disney France, au journal Les Echos. Ainsi, cette décision de Disney n’aura lieu qu’en France.

En effet, la chronologie des médias est un dispositif qui donne le délai minimum qu’un film doit respecter entre sa sortie dans les salles et sa sortie en DVD, sur les plateformes de streaming ou à la télévision. Depuis janvier 2022, Disney+ doit attendre un minimum de 17 mois entre la sortie en salle de son nouveau film et la sortie sur sa plateforme de streaming. Les chaînes de télévision gratuites, quant à elles, doivent attendre 22 mois avant de diffuser les films. Or, cette obligation déplait fortement à Disney qui a décidé de la contourner.

Une exception française

La chronologie des médias a pour objectif de protéger les salles de cinéma en leur donnant une exclusivité incitant les consommateurs de films à aller les voir dans les cinémas. Mais cette attente entre la sortie en salle et celle sur les plateformes de streaming est plus longue en France que dans les autres pays du monde. En effet, dans les autres pays, il faut attendre un mois et demi avant de pouvoir diffuser les films sur les plateformes. En plus de cela, Disney considère que cinq mois entre la sortie sur les plateformes de streaming et les chaînes de télévisions est un délai d'exclusivité beaucoup trop court.

Le délégué général de la Fédération nationale des cinémas français, Marc-Olivier Sebbag, explique dans un communiqué transmis à l’AFP qu’il s’agit d’une « décision totalement inacceptable ». Il appelle Disney à revenir sur sa décision, jugeant celle-ci d’être « terriblement injuste ». En outre, il demande aux pouvoirs publics de trouver « une résolution rapide de ce problème majeur pour (le) secteur ».