Promotions et alimentation : Il n’y aura pas de retour du « 1 acheté, 1 offert »

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 6 juillet 2022 à 7h34
Fausses Promotions Supermarches Enquete 60millions Consommateurs
34%Les promotions dans le seceur alimentaire sont limitées à 34%.

Le gouvernement tente de trouver des outils pour faire face à l’inflation qui frappe les ménages français, et toute proposition semble bonne à prendre, ou tout du moins à évoquer. Ce fut le cas du retour des promotions à 50% dans l’alimentaire, interdites depuis 2019. Mais, sans surprise, les agriculteurs s’y sont fortement opposés, au point de faire abandonner le projet.

« 1 acheté, 1 offert » : on ne touche pas à la loi Egalim

Bruno Le Maire, lundi 4 juillet 2022 sur France Inter, avait créé la surprise. En revenant sur les mesures qui pourraient aider les ménages à faire face à l’inflation, il avait évoqué la loi Egalim et la restriction du plafond des promotions dans l’alimentation à 34% maximum. « Je propose d’élever ce seuil à 50% », avait-il alors déclaré.

La proposition, lancée à la matinale de la radio, correspondait à un retour en arrière : en 2019, avec l’adoption l’année précédente de la loi Egalim et son entrée en vigueur, les promotions dans le secteur alimentaire ont été bloquées à 34% maximum. Une mesure qui visait à protéger les agriculteurs en limitant la possibilité des distributeurs de brader le produit de leur travail.

Cette loi sonnait le glas des promotions de type « 1 acheté, 1 offert » en France, dans l’alimentation, ainsi que des promotions bien supérieures.

Les agriculteurs s’opposent fermement à l’augmentation du plafond

Premiers concernés par la déclaration de Bruno Le Maire, les agriculteurs ont rapidement réagi. La FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) et le syndicat des Jeunes Agriculteurs ont été reçus à Bercy, mardi 5 juillet 2022, où ils ont fait entendre leur voix. Pour eux, il n’était pas question d’autoriser à nouveau la grande distribution à réduire les prix de 50% sur l’alimentaire.

Afin d’éviter de s’attirer les ires de la profession, le ministre de l’Économie a cédé : il n’y aura pas de retour en arrière sur la loi Egalim et donc pas de retour du « 1 acheté, 1 offert » dans le secteur alimentaire. Les ménages ne pourront donc toujours pas profiter de mieux que des simples promotions « 2 achetés, 1 gratuit ».

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis