Au Camp Nou, pour PSG-Barça

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Philippe David Modifié le 13 avril 2013 à 13h01

Si certains disent que « seule la victoire est belle », il est des éliminations qui peuvent être considérées comme l'acte de naissance d'une grande équipe. La double confrontation entre le PSG et le FC Barcelone fera certainement partie de celles-là.

Annoncés comme étant les futures victimes expiatoires des « Blaugranas », les joueurs du Paris Saint Germain on été plus qu'à la hauteur puisqu'ils n'ont perdu aucune de leurs deux confrontations face à la meilleure équipe de football de ces dix dernières années et qui restera une des plus grandes équipes de l'histoire du football.

J'ai eu la chance de faire partie de ces milliers de français présents dans les gradins du Camp Nou mercredi 10 mars et, si le PSG n'a pas gagné sa qualification, il a gagné le respect et la reconnaissance de toute la planète football. En effet, la performance des parisiens lors du match retour a fait trembler pendant toute la durée du match les supporters catalans qui, surtout quand Paris a ouvert le score par l'intermédiaire de Pastore, n'en menaient pas large.

Le but de Pedro a changé le cours des choses mais on n'a pas souvent vu cette équipe du Barça se faire bousculer aussi durement dans son antre depuis belle lurette. Le coup de sifflet final fût synonyme de soulagement pour les barcelonais qui, une fois l'égalisation acquise, pensèrent avant tout à défendre avec rigueur bref tout le contraire de l'habituel « tiki-taka » pratiqué par les Blaugranas.

Dans la tribune où j'étais, où les français étaient majoritaires mais où de nombreuses nationalités venues du monde entier étaient représentées, la performance des parisiens suscita l'admiration générale, notamment de nos voisins brésiliens originaires de Recife qui nous dirent à la mi-temps que le PSG était un club très connu au Brésil en raison des nombreux joueurs brésiliens ayant porté ses couleurs.

Quand nous avons quitté les tribunes pour aller boire un verre, les supporters français avaient tous la tête haute et les discussions dans les bars étaient unanimes : Seize ans après sa dernière épopée européenne, le PSG était enfin redevenu un grand d'Europe et, vu les ambitions des Qataris, les choses n'allaient pas s'arrêter là.

En effet, comment ne pas avoir des raisons d'espérer un avenir doré quand on voit la performance réalisée par des gamins comme Lucas Moura ou Verratti, 20 ans chacun au compteur, face à des joueurs comme Iniesta ou Xavi ? Comment ne pas avoir des raisons d'espérer quand on voit que Paris a été capable de faire venir des joueurs aussi brillants que Thiago Silva ou Ibrahimovic qui font partie des meilleurs du monde à leur poste ?

Comment ne pas rêver quand on pense aux achats que le club parisien ne va pas manquer de faire lors du prochain mercato, le budget des Qataris étant quasi illimité ? Il se murmure que pourraient débarquer du côté de la porte d'Auteuil des noms qui font autant rêver que Cristiano Ronaldo, Radamel Falcao ou encore Wayne Rooney, bref des noms qui à eux seuls peuvent faire basculer un match comme un Lionel Messi a fait basculer celui de mercredi soir.

Nasser Al Khelaïfi a fixé pour objectif de gagner la « coupe aux grandes oreilles » d'ici cinq ans. Vu ce que Paris a montré en Ligue des Champions cette saison et vu les ambitions affichées, les choses pourraient même avec un peu de chance aller plus vite !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Philippe David, 46 ans, est cadre dirigeant à l'international, auteur de plusieurs livres politiques dont le dernier, « De la rupture aux impostures », est sorti en 2012 aux éditions du Banc d'Arguin.Il est également chroniqueur sur Sud Radio.

Laisser un commentaire

* Champs requis