Télécoms : Numéricable bien parti pour prendre le contrôle de SFR

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 24 février 2014 à 12h47

Il est des projets de fusions qui surprennent, et d'autres, évidentes. Depuis des semaines, la rumeur courait que Numericable - via le holding qui le contrôle, Altice - s'intéressait de très près à SFR. Soit, qu'un opérateur de télévision, d'accès Internet mais aussi téléphonique s'intéressait à un opérateur mobile qui donne aussi dans l'accès Internet.

MISE à JOUR : Vivendi confirme avoir entamé les discussions avec Altice mais pas avoir reçu d'offre formelle.

Des métiers proches, avec des clients en commun mais aussi beaucoup de clients qui ne sont que chez l'un ou chez l'autre à séduire et surtout, surtout énormément d'infrastructures à partager. Depuis quelques semaines, SFR fait campagne sur la 4G non pas en montrant des cartes de couverture, ou encore un usager le nez sur une vidéo à l'écran censée s'être chargée en quelques secondes. Non, tout simplement en montrant des amas de cables réseaux, indispensables pour assurer l'acheminement des données vers les mobiles connectés en 4G.

Or du réseau fixe à très haut débit, et même de la fibre, Numercable en a. Plein. Au coeur de dizaines de villes en France, et le long des grands axes routiers français pour relier les grandes régions "numériques" entre elles, et avec les autres pays via les grands "backbones", les noeuds internationaux de l'Internet mondial. On parle ici de milliards d'euros de synérgies et d'économies à la clef ! Des voies de communication jusqu'ici utilisée à 30, 40, 50 % de leur capacité par l'un ou l'autre des deux acteurs vont demain se retrouver utilisées à plein, en les mutualisant.

Résultat, l'opération de rapprochement entre Numericable et SFR serait plus que bien avancée. On aurait discuté tout le week-end entre états-majors affirment les proches du dossier. Dans les couloirs de Numericable, on parle d'un nouvel ensemble détenu conjointement par Altice et Vivendi, l'actuel propriétaire de SFR, qui deviendrait minoritaire, aux alentours de 30 %.

SFR et Numericable avaient déja tenté des fiançailles l'an dernier, mais c'était avant le plombage des perspectives de rentabilité auxquelles tous les opérateurs croyaient pour la 4G... Plombage, évidemment par Free qui a fixé le tarif de l'abonnement 4G à .. 19,99 euros, soit le même prix que pour un abonnement tout inclus en 3G actuel. C'est donc un SFR affaiblit, avec un actionnaire? Vivendi, aux prétentions moindres, qui revient prendre la main d'un Numericable conquérant, pusque c'est lui qui aura les commandes du nouvel ensemble.. Si le mariage aboutit.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016. Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time.  En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007. Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an. En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier.  Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018.   Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Aucun commentaire à «Télécoms : Numéricable bien parti pour prendre le contrôle de SFR»

Laisser un commentaire

* Champs requis