Education Nationale : 40 000 professeurs de plus en 2013

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 21 septembre 2012 à 4h57

C'était une promesse présidentielle, mais en même temps, François Hollande avait fait promettre à ses ministres qu'ils ne feraient pas cavalier seul sur des annonces. Patatra : Vincent Peillon, le ministre de l'Education Nationale, a anonncé hier dans son coin mais sur France Culture tout de même qu'il allait "avoir a recruter 40 000 professeurs" en 2013.

Aussitôt, Jean-François Copé, le secrétaire général de l'UMP, a crié au scandale : "En année pleine, à la fin du quinquennat, cela veut dire sept milliards de plus par an, sans compter que la carrière d'un professeur, c'est 40 ans plus la retraite". Un chiffrage dont le candidat à la présidence de l'UMP n'a pas donné le calcul, mais qui nous laisse dubitatif à Economie Matin, où les chiffres sont un peu notre dada : Lorsque l'on sait que le budget de l'Education Nationale représente 60,5 milliards en 2011 (première dépense de l'Etat) et que les traitements des fonctionnaires pèsent 94,5 % de ce montant... Et que l'Education Nationale, c'est une petite armée de 928 458 enseignants en 2011, pour un total de 1 108 217 personnels (INSEE), on se demande bien où Jean-François Copé est allé pêcher ce chiffre de 7 milliards même en prenant en compte la charge future des retraites, qu'il prend soin d'ailleurs de séparer de son calcul ("plus la retraite" sic).

N'empêche : la réduction des déficits publics ne s'accomode pas forcément bien du recrutement de nouveaux fonctionnaires, d'autant que l'Education Nationale a été décriée par maintes études qui montraient qu'un trop grand nombre d'enseignants n'étaient pas utilisés dans leur fonction naturelle, et que le nombre de personnels administratifs non enseignants était trop élevé par rapport aux professeurs. Dans la réalité, ce chiffre de 40 000 professeurs est plus un effet d'annonce qu'une réalité. Le ministère de l'Education Nationale s'est empressé de préciser que les créations pures représenteraient 10 000 postes. 22 000 sont en fait des remplacements de départs à la retraite. Quant aux 8000 restants, le ministère explique que le Budget 2013 qui sera présenté la semaine prochaine donnera plus de détail, et sans doute aussi sur les dépenses induites par ces 40 000 "nouveaux" professeurs.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).