Contrat d’énergie : l’anticipation doit être la priorité de tous les professionnels

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Alexandre Beaufils Modifié le 29 novembre 2022 à 9h13
Factures Electricite Hausse Rattrapage 2
77%Le nucléaire représente 77% de la production d'énergie électrique en France.

Face à la crise énergétique profonde actuelle, les professionnels directement touchés par la hausse des prix sur les marchés de gros de l’énergie se retrouvent parfois dans l’impossibilité de parvenir à un équilibre financier. La solution est sans doute d’anticiper souscriptions et reconductions de ses contrats de gaz et d’électricité…

Le maître mot : anticipation

Pour répondre aux nouvelles orientations énergétiques et au contexte ultra tendu, il est indispensable aux professionnels de souscrire des contrats qui répondent réellement à leurs besoins en gaz et électricité. Et pour rester compétitif et ne pas se retrouver avec des factures dantesques, il est urgent d’anticiper. En effet, les tendances des prix sur les marchés de gros de l’électron et du gaz ne sont pas prévues à la baisse. Et plus on attend, plus les prix grimpent. L’anticipation est un réel levier d’efficacité économique et permet aux entreprises de garder le contrôle sur leur dépense énergétique. De plus, en cas de baisse inattendue des tarifs sur les marchés, ils sont libres de renégocier des contrats avantageux le moment opportun.

Un contexte oppressant

Les prix de l’énergie flambent à court et long terme et les perspectives ne sont pas rassurantes. Le nouveau mix énergétique français annoncé il y a peu par le Président de la République met à l’honneur l’électricité pour en faire notre principale source. Stratégie certainement discutable mais lorsque les centrales nucléaires et les EnR tourneront à plein régime, cette option est sans doute la meilleure. Elle est moins polluante et permettrait à la France de ne plus dépendre des importations de plus en plus coûteuses. Mais lorsque des problèmes apparaissent comme actuellement avec un parc nucléaire fonctionnant à 50% et des prix exorbitants, les professionnels n’ont pas d’autre choix que de constater les dégâts…

Des surcoûts imposés et salés…

Prenons le cas particulier des concessions automobiles. Les constructeurs de voitures leur conseillent fortement voire leur imposent désormais l’installation de bornes de recharge rapide pour véhicules électriques. Le concept est simple puisqu’il s’agit de répondre à la nouvelle demande de leurs clients au sein des points de vente. En effet, ces derniers doivent abandonner les véhicules à moteur thermique. Ce nouvel enjeu de l’électrification n’est pas sans conséquence pour les concessionnaires et garages qui doivent assumer seuls le coût d’installation mais aussi et surtout régler les factures d’énergie auprès de leur fournisseur. Malgré quelques coups de pouce du gouvernement, l’état actuel du marché et des prix pratiqués pour l’achat d’électricité font grimper les notes à des niveaux tels qu’il est difficile pour certains professionnels d’assumer ce surcoût…
Il en est d’ailleurs de même pour le secteur du résidentiel collectif. Les gestionnaires de copropriété doivent aussi équiper les résidences et bâtiments de ces mêmes bornes de recharge. Ce « droit à la prise » géré de manière individuelle ou collective engendre des coûts supplémentaires. C’est aux syndics d’en assumer les répercussions sur les charges de leurs administrés.

C’est pourquoi les professionnels les plus impactés par cette nouvelle donne et ce contexte haussier doivent anticiper et analyser dès aujourd’hui leurs contrats en cours afin de négocier des tarifs certes élevés mais qui pour l’heure, seront toujours moins chers que ceux de demain…

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Alexandre est président du cabinet de courtage PWE CONSULTING. Il intervient auprès des entreprises et des gestionnaires de copropriété. Ce cabinet conseil en énergie gaz et électricité propose un service d’accompagnement complet : contrats Électricité et Gaz, optimisation fiscale, accès aux primes CEE.