La prime de naissance bientôt réduite et rabotée dès le 2e enfant ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Tugdual de Dieuleveult Modifié le 4 avril 2013 à 16h09

Est-ce la fin de la politique familiale qui fait de la France un des leader en matière de natalité en France ? C'est en tout cas un risque possible. En effet, dans son rapport sur la politique familiale, Bertrand Fragonard préconise la mise sous condition de ressources des allocations familiales. Mais aujourd'hui il va plus loin en proposant soit de réduire la prime de naissance* touchée par neuf foyers sur dix à la naissance d'un enfant, soit et cette solution est autrement plus radicale : supprimer la prime.

La suppression totale de cette prime ferait économiser à l'Etat près de 650 millions d'euros par an. Autre piste envisagée : substituer à la prime un prêt à taux zéro, qui serait servi par les banques. Le président du Haut Conseil propose aussi d'autres pistes qui permettraient de réaliser des économies. Parmi celles-ci, une réduction de 5 à 10 % du montant de la prime puis une réduction de 40% de cette prime dès le deuxième enfant.

Le cumul de ces mesures d'ajustement, explique le rapport "ramènerait la dépense de la prime de naissance de 650 à 445 millions". Une bien petite économie face aux milliards dont la France a besoin.

*La prime de naissance est destinée à couvrir en partie les dépenses d'équipement des jeunes parents (poussette, siège auto...).

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste pour RMC.fr, Tugdual de Dieuleveult a demarré sa carrière à la télévision en réalisant un documentaire pour Canal+/Lundi Investigation (Dieuleveult : enquête sur un mystère). Il s'investit dans l'ONG Solidarité Internationale et part au Darfour en 2008 pour la Journée Mondiale de l'Eau. En 2010, il rejoint l'équipage de La Boudeuse en Amazonie et participe à l'élaboration de deux documentaires diffusés sur France 5. Il se spécialise ensuite sur le web et collabore avec plusieurs rédactions dont Europe 1, Atlantico, Oh My Food et RMC depuis 2012. Il a intégré Economie Matin dès sa création.

Laisser un commentaire

* Champs requis