Renault s’est (encore) fait voler des cartes de démarrage

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 5 octobre 2016 à 6h27
Car 1590508 1280
2,1%En 2015 le nombre de véhicules volés a augmenté de 2,1 %.

Décidément les malfaiteurs ont trouvé dans l'usine de Flins-Sur-Seine, dans les Yvelines, une véritable poule aux oeufs d'or de laquelle ils comptent bien profiter. Dimanche 2 octobre 2016 un vol de près de 2 000 cartes de démarrage pour des modèles du groupe ont été dérobées. Ce n'est pas la première fois que ça arrive et ça pourrait inquiéter les clients.

Avec des cartes de démarrage dans la nature, le risque de vol est accru

C'est une mauvaise nouvelle pour l'image de Renault mais également pour les possesseurs de véhicules du groupe au Losange de dernière génération : les cartes de démarrage permettent de voler plus facilement une voiture. Elles permettent en effet d'ouvrir et de prendre le contrôle d'un véhicule sans effraction ni violence... juste en utilisant la même technologie que celle des clés du propriétaire.

L'usine de Flins-Sur-Seine a signalé, à la police, un vol survenu le dimanche 2 octobre 2016 : les malfaiteurs ont volé 2 000 cartes de démarrage vierges. Ces cartes sont facilement programmables, surtout pour des experts mais même pour des novices en informatique. Une fois programmées en fonction du modèle choisi, elles permettent de le voler sans aucune difficulté.

Deux vols en quelques mois dans la même usine

Le vol de dimanche a été perpétré en forçant un conteneur stocké dans une zone non surveillée de l'usine. Un vol simple et dont les auteurs sont difficilement identifiables car aucune caméra de surveillance ne les a filmés. En juillet 2016 c'était lors d'une livraison que des voleurs ont pris près de 2 100 cartes déjà programmées pour des Clio IV.

Les cartes valent cher sur le marché noir puisque, justement, elles permettent de voler n'importe quel véhicule. Cette technique de vol sans violence représente près de 75 % des vols du fait de sa facilité et de son efficacité.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis