Rentrée scolaire : un coût en légère hausse

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Thierry Vidor Modifié le 11 septembre 2012 à 4h14

Le coût de la rentrée scolaire progresse modérément cette année. Pour un enfant entrant en 6ème, la facture augmente de 2,9 % par rapport à 2011 et passe de 187,32 à 192,82 euros. Pour sa 28ème année consécutive d’enquête, le baromètre de Familles de France révèle surtout une baisse des prix dans les hypermarchés.

La hausse enregistrée par l'association, calculée sur la base d'un panier contenant 46 produits (papeterie, fournitures et vêtements) trouve deux facteurs explicatifs : l'augmentation des prix à la consommation (+1,9 %) et des prix des matières premières (+7,5 %). Le poste de dépenses le plus important reste celui des fournitures non papetières, comme le cartable, les feutres et autres tubes de colle, qui pèse 100,64 euros, tandis qu'il faut compter 36,90 euros pour la papeterie et 55,21 euros en vêtements de sport.

Il est à noter que certains produits subissent une hausse particulièrement importante. C’est le cas du rouleau plastique pour couvrir les livres. Son prix moyen qui est de 3 euros a augmenté de 23 %. La boîte de 10 tubes de gouache, qui coûte en moyenne 3,74 euros, a renchéri de 16 %. À l'inverse, le stylo-plume a vu son prix moyen baisser de 2,4 % passant de 4,57 à 4,46 euros.

Selon l'étude, la hausse des prix des fournitures scolaires est principalement constatée dans les magasins spécialisés (+18 %), et les supermarchés (+4,08 %) alors que les hypermarchés font figure d'exception. Pour une liste de fournitures composée de 46 articles indispensables pour un enfant entrant en 6ème, la baisse est équivalente à -4,8 %. Les grandes surfaces peuvent faire des économies d'échelle qui leur permettent de limiter les dérapages de prix pour les familles.

L'association s'est également penchée sur une quinzaine de sites spécialisés dans la vente de fournitures scolaires. Soucieux de faire des économies, de plus en plus de parents se tournent vers la toile et peuvent réaliser une économie allant de 15 à 20 %. Cependant les 46 fournitures de références ne sont pas toujours trouvables sur les sites. C’est le cas des cartables, ou de certains formats de feuillet et cela oblige les familles à compléter en magasins.

Il faut également rester vigilant et étudier les frais de port qui peuvent varier d’un site à l’autre de 6 à 11 euros. Rappelons que dans le cadre d’un achat sur Internet, le consommateur bénéficie d’un droit de rétractation de 7 jours francs à compter de la réception de la commande.
Si un acheteur commande un produit et que le professionnel l’informe par la suite de son indisponibilité, il doit l’en informer et le rembourser sans délai et au plus tard dans les trente jours du paiement des sommes qu’il a versées. Au-delà de ce terme, ces sommes sont productives d'intérêts au taux légal (article L121-20-3 du code de la consommation). Toutefois, si la possibilité en a été prévue préalablement à la conclusion du contrat ou dans le contrat, le professionnel peut fournir un bien d'une qualité et d'un prix équivalents.

Attention à la personnalisation des fournitures scolaires qui augmente largement la facture ! Tout d'abord les licences griffent toujours les fournitures scolaires et le prix des agendas et autres cartables peut vite grimper. Les marques multiplient les fournitures aux couleurs de l'univers des dessins animés et mangas ou du sport. Familles de France note des écarts de prix pouvant aller du simple au triple entre une même marque sur le produit dit "basique" et le gadget.

L’Allocation de rentrée scolaire (ARS) est de 356,20 euros pour les jeunes entre 6 et 10 ans, 375,85 euros pour la tranche d’âge de 11 à 14 ans et 388,87 euros pour celle de 15 à 18 ans. L’association se réjouit de l’augmentation de 25 % de l’ARS concrétisant une promesse électorale de François Hollande mais demande depuis quelques années déjà un redéploiement de cette subvention pour donner davantage aux lycéens et notamment aux élèves des lycées professionnels, et moins au primaire et au collège, où les manuels scolaires sont pris en charge par les collectivités.

Une rentrée scolaire revient bien plus cher en lycée professionnel qu’en lycée général. Si, des aides des régions voire des départements, existent pour ces filières, elles ne couvrent pas l’ensemble des difficultés rencontrées. Or aucune mesure spécifique n’a été prévue par le gouvernement pour ces élèves. C’est pourquoi Familles de France demande une modulation en fonction des niveaux et propose 165 euros pour les primaires, 285 euros pour les jeunes en collège et 400 euros pour les lycéens.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Thierry Vidor est le directeur général de Familles de France.