Le Royaume-Uni a un sérieux problème de nains de jardin

Par Olivier Sancerre Modifié le 19 avril 2021 à 11h19
Nains Jardins Uk 2
9,6 MILLIARDSLe blocage de l'Ever Given dans le canal de Suez a représenté des pertes de 9,6 milliards de dollars chaque jour.

Panique au Royaume-Uni ! Les magasins de jardinage du pays sont en panne de… nains de jardin. Un article très populaire parmi les jardiniers en herbe qui ont fleuri ces derniers mois à cause du confinement.

Déjà très populaires en temps normal, les nains de jardin connaissent une deuxième jeunesse au Royaume-Uni. Les nombreuses mesures de restriction et les confinements pour enrayer les cas de contamination ont poussé de nombreux Britanniques à s'occuper de leurs jardins. Et donc, à les agrémenter de ces petits personnages en plastique, en pierre ou encore en céramique. La demande est forte, si forte que les stocks sont rapidement épuisés. Malheureusement, l'offre ne parvient pas à suivre pour plusieurs raisons qui s'accumulent.

Une demande très forte pour les nains de jardin

D'une part, le Brexit a rendu plus difficiles les importations : le pays ne peut plus importer aussi facilement qu'avant les produits qui lui sont nécessaires. D'autre part, le goulot d'étranglement qu'a représenté le blocage provoqué par le cargo géant Ever Given provoque des tensions dans la chaîne d'approvisionnement. Le cargo est resté bloqué près d'une semaine, entraînant des pertes estimées par Lloyd's List à 9,6 milliards de dollars chaque jour dans les échanges entre l'Asie et l'Europe. Les articles de jardin, dont les fameux nains, sont toujours bloqués dans des conteneurs en attente de livraison au Royaume-Uni…

Blocage dans le canal de Suez

Par conséquent, les stocks de nains de jardin dans certaines jardineries outre Manche sont au plus bas depuis des mois. Et il faudra encore patienter quelques semaines avant que l'approvisionnement revienne à la normale. Les produits destinés à l'ornement du jardin ne sont pas les seuls touchés par ces difficultés : Ikea a annoncé le mois dernier qu'il était également concerné par ces soucis, que ce soit des problèmes d'expédition ou une forte demande qui dépasse l'offre.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis