Santé : doit-on tout dire à son employeur ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 8 juin 2015 à 11h12
Rsi Assurance Maladie Retraites Entrepreneurs
7 MILLIARDS €Les arrêts maladie coutent environ 7 milliards d'euros par an à l'Etat

François Mitterrand avait caché son cancer, et dans un autre registre, plus récent et plus dramatique, le copilote du vol Germanwings avait caché à sa compagnie aérienne sa dépression. Pire, ce jour-là, il était en arrêt maladie, et n’aurait jamais dû se retrouver aux commandes d’un avion. Mais jusqu'où un employeur doit-il être tenu informé de l'état de santé, physique ou mental, de chacun de ses collaborateurs ?

Propriété privée

Un article très intéressant du Monde s'est penché sur la question. D'après son auteur, un avocat, "l’état de santé est une notion appartenant à la sphère personnelle du salarié".

D’ailleurs, les médecins du travail sont astreints au respect du secret médical. Ils ne peuvent que dire à l’employeur si le patient qu’ils ont vu est inapte à remplir l’emploi envisagé. Mais ils ne peuvent pas donner les raisons de ce diagnostic. Et le médecin qui violerait le secret médical, commettrait un délit passible d’une peine d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende. Autant dire qu'ils je jouent pas ce jeu-là !

En outre, "l'employeur ne peut exiger du salarié qu'il lui communique des informations sur son état de santé ou son état de grossesse, que ce soit au moment de l'embauche ou pendant l'exécution du contrat de travail".

En fait, l'employeur doit se borner à poser à son salarié des questions ayant pour seul objectif d'évaluer sa capacité à occuper l'emploi proposé. Pas question d'aborder des sujets n'ayant pas de lien direct et nécessaire avec cet emploi.

Le patron en étau

Mais l'employeur se trouve en fait dans une situation paradoxale : il doit être à la fois protecteur, sans être trop inquisiteur. Ainsi il doit protéger le salarié afin qu’il n’abime pas sa santé au travail et qu’il exerce ses fonctions en toute sécurité. Face à un salarié ivre ou en grande détresse, le patron a ainsi une responsabilité juridique et morale.

Mais il doit rester discret et se contenter de ne rien savoir sur leur état de santé réel !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis