Sécheresse : le spectre d’une pénurie de lait plane

Par Anton Kunin Modifié le 8 août 2022 à 8h58
Lait%20lactalis
93Sur 96 départements, 93 font actuellement l'objet de restrictions d'eau.

La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) tire la sonnette d’alarme : à l’automne et l’hiver 2022, la France risque de manquer de lait. En cause, bien sûr, la sécheresse qui sévit actuellement dans le pays.

Le fourrage n’est pas produit en quantité suffisante cet été

La sécheresse qui frappe la France s’avère désastreuse pour les cultures, mais aussi pour le bétail. « Toutes les productions subissent un stress hydrique d’une intensité exceptionnelle », alerte la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA). Le maïs, largement utilisé en tant que fourrage, est en souffrance. Mais aussi l’herbe tout simplement : la pousse est complètement arrêtée du fait du manque d’eau et du soleil brûlant, qui la dessèche. Les éleveurs sont obligés de puiser déjà dans les stocks de fourrage qu’ils avaient constitués pour l’hiver.

« On a des animaux, qui sont dans les prés habituellement en cette période, qui n'ont plus rien à manger. Il faut apporter des fourrages stockés ce printemps, qui étaient destinés à alimenter les animaux l'hiver, que l'on utilise dès le mois de juillet et le mois d'août. […] On tape dans les stocks. C'est quelque chose d'inhabituel pour nous. On est très inquiet sur la capacité de beaucoup d'éleveurs à pouvoir nourrir leurs troupeaux sur l'ensemble de l'hiver 2022-2023 », a alerté le 5 août 2022 Yannick Fialip, éleveur et président de la commission économique de la FNSEA, au micro de France Info.

Moins de veaux pendant encore trois ans ?

Pire, la sécheresse actuelle fait craindre le pire également pour la production des années à venir. « On a une inquiétude sur cet automne qui va arriver très vite avec des éleveurs qui n'auront pas assez de nourriture, pas assez de trésorerie. Tout le travail du ministre doit être fait autour de cela pour éviter que l'on perde le cheptel. Si on perd le cheptel mère, on perd la capacité à produire des veaux pendant trois ans », a poursuivi Yannick Fialip.

Dans l’immédiat, c’est une pénurie de lait qui menace notre pays. « Je pense que dans les mois qui viennent, on va avoir une pénurie de lait en France. Pour faire du lait, il faut des fourrages, essentiellement de la luzerne et du maïs qui ont peu poussé cette année. Donc on risque de manquer de lait cet automne et cet hiver », a prévenu Yannick Fialip. Et qui dit lait dit aussi beurre, crème fraîche, yaourts et fromages…

Laisser un commentaire

* Champs requis