Suicide des étudiants : ces quatre signes qui ne trompent pas

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Perrine de Robien Modifié le 21 juin 2021 à 10h51
Signes Suicide Etudiants
2eLe suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-24 ans.

Une équipe de chercheurs français et québécois a identifié, grâce à l’intelligence artificielle, un ensemble restreint d’indicateurs de santé mentale qui prédisent avec précision les comportements suicidaires des étudiants. Elle a notamment constaté l’importance de l’estime de soi chez les jeunes.

Prédire les comportements suicidaires chez les étudiants

Les effets délétères de la crise sanitaire sont de plus en plus visibles chez les jeunes, en particulier les étudiants. Contraints de suivre leurs cours en distanciel et avec une vie sociale réduite en peau de chagrin, leur santé mentale a été particulièrement atteinte durant cette période. D’ailleurs, le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-24 ans.

Publiée le 15 juin 2021 dans la revue Scientific Reports, une étude menée par une équipe de chercheurs de l’Inserm, des universités de Bordeaux, de Montréal et McGill (Québec), a identifié, grâce à l’intelligence artificielle, un ensemble restreint d’indicateurs de santé mentale. Ils permettent de prédire avec précision les comportements suicidaires des étudiants. Il s’agit des prédicteurs potentiels.

L’importance de l’estime de soi

Cette étude a été menée auprès de 5.066 étudiants et a permis de récupérer des informations sur la santé des participants, leurs consommations de drogue et d’alcool, leurs antécédents médicaux et psychiatriques ainsi que sur leur état psychique. Elle a consisté à faire remplir aux participants deux questionnaires : un au moment de leur inscription, l’autre un an plus tard. Comme on pouvait s’y attendre, les résultats sont alarmants.

L’étude révèle qu’environ 17% des étudiants participants, « filles (17,4%) comme garçons (16,8%), ont présenté des comportements suicidaires au cours de l’année qui s’est écoulée entre les deux questionnaires », détaille l’Inserm. Autre information : « parmi ces 70 prédicteurs potentiels mesurés à l’inclusion, quatre permettent de détecter environ 80% des comportements suicidaires lors du suivi. Il s’agit des pensées suicidaires, de l’anxiété, des symptômes de dépression et de l’estime de soi ». Selon les chercheurs, l’estime de soi est un marqueur prédictif indépendant et important du risque suicidaire. Une donnée à laquelle ils ne s’attendaient pas et une piste à exploiter pour améliorer la santé mentale des jeunes.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste spécialisée dans la santé et l'économie.