La transition vers « l’après-corona » ne se fera probablement pas sans heurts

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Esty Dwek Publié le 30 avril 2020 à 11h01
Crise%20financiere%20bourse%20de%20corona%20 %20image%20%20%20gratuite%20sur%20pixabay%20 %20google%20chrome
5,8%Le PIB de la France a chuté de 5,8% au premier trimestre 2020.

Que s’est-il passé ?

  • Les marchés actions ont connu une bonne journée grâce aux nouvelles que certains traitements donnent des résultats encourageants dans les premiers essais et des résultats positifs sur les bénéfices, alors même que le PIB américain du premier trimestre s'établit à -4,8 % annualisé. Les marchés européens et américains ont tous deux progressé de plus de 2 %, prêts à clôturer l'un des meilleurs mois depuis 30 ans. En effet, le S&P500 a rebondi de 31 % par rapport à ses plus bas du 23 mars, tandis que le Stoxx50 a rebondi de 26 % depuis ses plus bas du 18 mars. La reprise s'élargit également (enfin), ce qui renforce la confiance. Toute bonne nouvelle sur les traitements ou les vaccins changerait bien sûr complètement les perspectives, car nous pourrions rouvrir beaucoup plus rapidement et avec moins de restrictions et réduire les craintes d'une deuxième vague.

  • Facebook, Microsoft et Qualcomm ont obtenu d'excellents résultats, Facebook déclarant qu'ils voient des « signes de stabilité » dans les revenus publicitaires. Tesla a surpris les marchés avec un bénéfice au premier trimestre, mais MasterCard a retiré ses prévisions pour 2020 malgré un bond des transactions sans contact et GE et Boeing ont tous deux annoncé des plans de réduction des coûts. Aujourd'hui, nous avons Amazon, Royal Dutch Shell, McDonald's et bien d'autres.

  • La Réserve fédérale n'a pas modifié sa politique, mais a averti qu'il faudrait davantage de mesures de relance pour la reprise. Aujourd'hui, la Banque centrale européenne sera sous les feux de la rampe avec l'arrivée des chiffres du PIB européen, qui mettront en évidence le début de la récession. Les rendements du Trésor américain à 10 ans sont restés globalement stables autour de 0,6 %, tandis que les rendements du Bund allemand à 10 ans ont chuté à -0,5 %. Les spreads de crédit sont restés stables et se sont resserrés de quelques points de base sur tous les segments.

  • Les prix du pétrole ont continué à se redresser sur la base des espoirs de réouverture et comme la Norvège a déclaré qu'elle réduirait sa production pour la première fois en près de 20 ans. Le WTI se négocie à 16 dollars le baril, tandis que le Brent est à 24 dollars le baril. L'or est resté dans une fourchette de 1700 à 1720 USD l'once ces derniers jours, tandis que l'USD continue de reculer.

  • Nous continuons à penser que les niveaux et les valorisations actuels (de retour aux niveaux de février) sous-estiment toujours les risques à venir, bien que de meilleures nouvelles sur les traitements et une plus grande ampleur du rallye suggèrent qu'il pourrait durer un certain temps. Néanmoins, nous restons prudents pour l'instant, car la transition vers « l'après-corona » ne se fera probablement pas sans heurts et il est probable que nous assisterons à nouveau à plus de volatilité.

Ce que nous regardons :

  • Nous surveillons les annonces de réouverture progressive pour voir comment elles se déroulent dans les différentes régions, pays et industries, car la reprise ne peut pas être simplement « enclenchée ». Nous cherchons à voir si les cas restent contenus avec des mesures de confinement plus souples pour voir si le chemin sera linéaire. Nous cherchons également à savoir si les récentes nouvelles encourageantes sur les traitements se concrétisent.

  • Nous examinons comment les mesures de relance peuvent être déployées pour éviter des vagues de faillites et de défauts, et comment les défauts peuvent être clôturés si/quand ils se produisent. En effet, il est encore trop tôt pour dire si ces mesures seront suffisantes pour éviter les conséquences les plus négatives de l'épidémie, bien que la Fed en particulier fasse tout ce qui est en son pouvoir – et même au-delà – pour limiter ces risques..

  • Nous examinerons de près les estimations des bénéfices à mesure qu'elles seront révisées à la baisse. Il se peut que les marchés ne tiennent actuellement pas suffisamment compte de l'ajustement, d'autant plus que les valorisations ne seraient pas aussi attrayantes avec un "E" beaucoup plus bas.

  • Nous surveillons les marchés du crédit et du financement pour voir si les mesures massives prises par les banques centrales, tant aux États-Unis qu'en Europe, contribuent à atténuer les tensions récentes. Pour l'instant, nous pensons que les banques centrales parviendront à maintenir les risques systémiques à un faible niveau afin d'éviter une crise du crédit.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

En tant que Directeur de la Recherche Macroéconomique et Thématique de Natixis Investment Managers Dynamic Solutions, Esty Dwek est responsable des études de marché, des vues macroéconomiques, des idées d'investissement, des vues sur l’ensembles des classes d’actifs et en matière d’allocation d’actifs ainsi que des hypothèses de rendement à long terme. Ces vues aident à éclairer les décisions d'investissement dans les portefeuilles de Dynamic Solutions.

Laisser un commentaire

* Champs requis