Sécurité : tous les smartphones Huawei privés de mises à jour Android

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 18 août 2020 à 7h01
Huawei
75,1%En France, 75,1% des smartphones utilisent une version d'Android.

Si vous savez probablement que depuis plusieurs mois les États-Unis sont en guerre ouverte contre la Chine et, en particulier, contre Huawei. Donald Trump fait tout son possible pour empêcher le constructeur et équipementier chinois de travailler sur le territoire américain, l’accusant d’espionnage. Et la situation empire puisqu’elle concerne désormais tous les smartphones du groupe.

Il y a eu l’interdiction des services Google pour les nouveaux modèles…

L’affaire remonte à mai 2019 mais n’avait finalement eu que très peu d’impact sur les détenteurs de smartphones Huawei à l’époque : certains groupes chinois étaient interdits de travailler avec les entreprises américaines par Donald Trump. Parmi celles-ci, bien évidemment, Huawei… qui se voyait privé de services Google… et donc d'une certaine version d’Android, puisque l’OS mobile est propriété du géant de Mountain View (mais son coeur est OpenSource).

C’est la raison pour laquelle, depuis quelques semaines, Huawei s’est lancé dans une campagne publicitaire massive pour expliquer aux Français, entre autres, qu’il dispose de son propre « app store », appelé AppGallery, via lequel il serait possible d’installer toutes les applications. Google, toutefois, a émis quelques doutes et déconseille de l’utiliser.

Mais l’AppGallery ne concernait que… les nouveaux modèles, dont le tout récent Mate 40. Les modèles sortis avant mai 2019, eux, continuaient de disposer des services Google classiques grâce à une licence temporaire accordée par le géant de Mountain View pour… 15 mois. Or, ces 15 mois sont passés.

Fin de la licence temporaire et fin… de toutes les mises à jour

Ces 15 mois écoulés, Google n’a pas eu d’autres choix que de retirer définitivement la licence temporaire à Huawei, et à sa filiale Honor. Ainsi, depuis le 14 août 2020 comme le souligne le Washington Post, tous les smartphones du constructeur se retrouvent potentiellement vulnérables.

Outre l’impossibilité d’installer la future version d’Android, la 11, sous peine de perdre certaines fonctionnalités, à moins que la situation ne se débloque entre la Chine et les États-Unis (mais ça paraît peu probable) ce sont surtout les mises à jour de sécurité qui vont faire défaut.

On peut supposer que Huawei va tenter, de son côté, de résoudre les divers bugs et problèmes de sécurité qui peuvent être découverts dans Android, l’OS étant OpenSource, les smartphones Huawei et Honor ne disposeront plus des mises à jour de sécurité développées et déployées par Google qui, généralement, réagit au quart de tour lorsqu’un tel problème survient, surtout si la faille est critique ou qu’elle est activement utilisée par des pirates.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis