SNCF : le prix des billets de train va augmenter en 2023

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 15 septembre 2022 à 10h26
Sncf Trains Circulation Sobriete 2
2%La SNCF consomme près de 2% de l'énergie électrique française.

Début 2022, entre l’Insee et la SNCF, il y a eu un mini-conflit : l’institut annonçait que les prix des billets avaient augmenté, la SNCF répondait qu’au contraire, ils avaient baissé. Un conflit sur fond de différence dans les comparaison et qui était, de fait, insoluble, les deux ayant raison car ne prenant pas en compte la même période. Mais en 2023, cela risque de ne faire aucun doute : les prix des billets de train vont augmenter.

Une forte hausse des coûts en énergie pour la SNCF

Premier consommateur d’électricité de France, le groupe consommant près de 6 Térawattheure d’électricité par an pour faire rouler ses trains, ce qui représente près de 2% de la consommation électrique annuelle nationale, la SNCF n’est pas épargnée par la hausse des prix de l’énergie. La facture, pour 2023, s’annonce plus que salée.

Lors d’une audition au Sénat, le 14 septembre 2022, Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF, a annoncé la couleur : la facture d’électricité serait, selon les estimations de l’entreprise, entre 1,6 et 1,7 milliard d’euros plus chère en 2023 par rapport à 2022. Or, le bénéfice net de l’entreprise ne suffira pas à couvrir la hausse : au premier semestre 2022, il a atteint 900 millions d’euros. Même à supposer un deuxième semestre avec les mêmes gains, cela ne ferait que 1,8 milliard d’euro de bénéfice… qui disparaîtrait d’un trait dans la seule facture d’électricité.

Des augmentations de tarifs à venir chez SNCF… mais de combien ?

Si l’augmentation de la facture est chiffrée, il reste à trouver qui va payer : Jean-Pierre Farandou semble indiquer, lors de son audition, qu’une partie devra être payée par les collectivités locales, puisque la moitié de la somme correspond à la consommation des TER et des Transiliens. Mais qui dit hausse des coûts pour les collectivités, dit hausse des impôts pour les financer.

Les voyageurs ne seront pas en reste : le PDG de la SNCF n’a rien dévoilé, mais a tenté de rassurer : « on ne répercutera pas 100% des coûts sur les clients », notamment en ce qui concerne les TGV. De fait, si elle ne répercutera pas 100% des coûts, elle en répercutera bien une partie. Avec des augmentations de tarifs à la clé. Les Français sont prévenus : prendre le train va encore coûter plus cher.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis