Malgré de bons résultats, la Société Générale supprimerait 400 postes

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 13 décembre 2022 à 20h41

Les plans sociaux s'enchaînent, mais ne se ressemblent pas forcément. C'est le cas de la Société Générale qui s'apprêterait à supprimer de nombreux postes en Europe.

D'après une information révélée par le quotidien Les Echos, la banque pourrait supprimer plus de 400 postes entre 2014 et 2015, en Europe. Un plan social qui ferait suite à la création d'un énorme pôle regroupant à la fois les activités de banque de financement et d'investissement, de gestion d'actifs, de services aux investisseurs et de banque privée. Un chiffre qui diffère actuellement selon les sources. Un document de la CFDT, révélé par Reuters, fait lui état de 375 postes.

Des suppressions de postes malgré un bénéfice net en augmentation

Une décision pour le moins étonnante alors que la Société Générale a publié ce jeudi ses résultats pour le troisième trimestre 2013 où l'on apprend que la banque a multiplié par six son bénéfice net sur cette période, à 534 millions d'euros. On apprend également que Soc Gen a atteint plusieurs objectifs fixés pour la fin de l'année, et notamment en matière de solvabilité.

De plus le produit net bancaire (PNB), l'équivalent du chiffre d'affaires pour une banque, reste conforme aux attentes des marchés, à 5,7 milliards d'euros, soit une augmentation de 6,1 %. Seul petit bémol à ce tableau, mais qui ne justifie pas forcément une suppression d'autant de postes, le résultat net de la banque reste un peu inférieur aux prévisions des analystes qui tablaient sur 629 millions d'euros.

La Société Générale veut réaliser des économies substantielles

Actuellement, la banque française veut réaliser 1,45 milliard d'euros d'économie entre 2012 et 2015, en donnant notamment la priorité à des activités moins gourmandes en capital, ce qui peut expliquer la création d'un pôle regroupant de nombreuses activités bancaires et financières.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Aucun commentaire à «Malgré de bons résultats, la Société Générale supprimerait 400 postes»

Laisser un commentaire

* Champs requis