Et si la France sortait de l’Euro ? (par France 5)

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Charles Sannat Modifié le 19 février 2015 à 12h51
Espoir Purgatoire Europe Fin Crise Marchionne
320 MILLIARDS €La dette de la Grèce est de 320 milliards d'euros.

L’Italie est en proie à la crise. En effet, suite à la faillite de quatre grandes banques italiennes, la troisième économie de la zone euro est obligée d’annoncer sa sortie et son retour à la lire… Voilà pour le scénario de départ.

Phase panique, catastrophe, crash des marchés, tout y passe, tout est noir, tout est affreux.

Pourtant, il ne doit s’agir ni de rassurer ni de faire peur mais de faire face !

Et là réside toute la bêtise d’une classe politico-médiatique qui, croyant bien faire pour « sauver » l’euro, ne fait en réalité que l’enfoncer chaque jour un peu plus dans l’esprit de citoyens commençant à se sentir pour le moins excédés par l’absence de décisions, de changements, d’évolution et de prise en compte de leurs réalités quotidiennes.

Faire face aux problèmes posés par l’euro !

Je suis pour l’euro (dans l’absolu et dans mes rêves) mais je suis contre dans la réalité. Pas contre parce que l’idée n’est pas belle, l’idée est belle, mais une idée aussi belle soit-elle doit-être réaliste. L’euro pourrait être viable sans problème mais cela demande un cadre permettant cette viabilité. Sans un cadre permettant la viabilité de l’euro alors il est condamné, et sa mise en place suivie de sa destruction nous apportera bien plus de malheur que si nous n’avions rien fait ! C’est en leur temps ce que des hommes comme Seguin ou encore comme J.P Chevènement avait tenté d’expliquer lors du référendum de Maastricht.

Il y a aujourd’hui deux catégories de gens : les idéologues doctrinaires défendant l’euro à cor et à cri et les pragmatiques qui ne veulent ni la mort de l’euro ni sa survie mais qui constatent factuellement son échec et son impossibilité à poursuivre son existence sans régler ses problèmes de fabrication.

Je rappelle, pour tous ceux et celles qui ne l’auraient pas encore compris, que l’euro c’est une monnaie unique sur des économies hétérogènes. Il n’y a rien à voir entre les structures de l’économie de la Grèce, de la France, de l’Allemagne et du Portugal… Résultat ? L’euro est super pour l’Allemagne, mauvais pour la France, catastrophique pour la Grèce. L’Allemagne bat tous ses records d’excédents et nous, de déficits commerciaux… Mais ce n’est pas grave si nous mettons en place une union de transfert.

Qu’est-ce qu’une union de transfert ?

C’est ce qu’il y a en France entre les Parisiens (très riches) qui payent tout plein d’impôts qui servent à financer les écoles à construire dans le Gers… Ce n’est pas une critique ! Je suis très fier en tant que citoyen de participer à l’équilibre économique dans notre pays. En clair, dans une union de transfert, les sous des uns les plus riches sont transférés vers les autres les plus pauvres. Vous avez la même chose entre l’Italie du Nord assez riche et l’Italie du Sud plutôt pauvre ! L’État central répartit les ressources.

Alors l’équation finalement est assez simple : soit nous allons vers plus d’Europe et l’Allemagne accepte de payer pour les pays les plus pauvres dans le cadre de la mise en place d’une vaste union de transfert européenne et à ce moment-là alors on pourra considérer l’euro éventuellement comme techniquement viable (bien que les problèmes de conception de l’euro soient tout de même plus larges et bien plus vastes), soit l’Allemagne refuse de payer pour les autres, ce qui relève de sa propre liberté et alors l’euro rien que sur ce point est condamné à l’échec.

Pour le moment, l’Allemagne ne veut pas payer et ne voudra jamais payer mais personne ne veut le reconnaître car cela obligerait à tirer des conclusions à savoir que s’il n’y a pas plus d’Europe alors ce sera plus d’Europe du tout !

Après restent le choix et la volonté politique

Et la question qui vient immédiatement est « veut-on seulement encore plus d’Europe ? », tout en sachant que l’ensemble des peuples composant l’Europe refusent désormais d’aller vers plus d’Europe tant cette Europe qui nous a été construite est la négation des choix démocratiques et un outil indéniable au service des multinationales, du grand capital, de la grande finance et aussi de l’idéologie ultralibérale au sens large. Dans cette Europe-là, aucun peuple n’y trouve son intérêt. Personne n’en veut. Pour imposer plus d’Europe, il n’y a donc pas d’autre choix que de dépasser la démocratie, expression pudique pour parler de l’instauration d’une dictature plus ou moins douce pour imposer en force une Europe détestée et rejetée… à juste titre par les peuples.

Nous en sommes donc là. Et croyez-moi, au bout du compte ne nous attendent que de mauvaises solutions et de mauvais choix.

Il est déjà trop tard, préparez-vous.

Au coffre Le Contrarien Charles Sannat

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Laisser un commentaire

* Champs requis