Comment soutenir l’activité des entreprises et faciliter les procédures de recouvrement dans un contexte économique difficile ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Jean-Luc Ferraton Publié le 13 septembre 2022 à 15h34
Salaires Hausses France 2022 1
2,5%Le gouevrnement prévoit 2,5% de croissance pour la France en 2022.

Alors qu’on observait un rebond d’activité certain au premier semestre 2022 et une croissance annoncée de 3,6%, (1) la sortie de la crise sanitaire devait être synonyme d’opportunité pour l’économie de la France. Mais l’actualité marquée par la guerre en Ukraine, la flambée de l'inflation et les perturbations de la chaîne d'approvisionnement ont plongé les entreprises dans une période incertaine.

Contexte qui rend leur développement difficile et a des conséquences sur la gestion de leur recouvrement et in fine de leur trésorerie. Les entreprises françaises craignent que les difficultés liées à la pandémie, au contexte géopolitique et à l’inflation, combinés à la demande d'augmentation des salaires des employés et à la hausse des taux d'intérêt, ne limitent leur croissance.

Un contexte d’inflation

Les conséquences de la guerre sont multiples renforçant des incertitudes pour l’économie mondiale. Elles entrainent une inflexion de l’appétit du risque quand les sanctions et les contre sanctions imposées à la Russie et aux États européens, font grimper l’inflation et les pénuries de matériaux.

Les entreprises avaient jusqu’alors réussi à absorber l’augmentation des prix de l’énergie et des matières premières. Désormais, leurs capacités financières se heurtent également aux impératifs de remboursements des aides bancaires et des Prêts garantis par l'État (PGE) qui leur ont été accordés.

Avec une augmentation de 7 à 10% des faillites d’entreprises sur les 12 derniers mois(2), on en observe déjà les premières conséquences. Et ces chiffres devraient augmenter d’ici septembre prochain.

Aussi, il convient de s’attaquer à cette crise future en allant au-delà des dispositifs financiers qui obligent les entreprises dans le temps. Les mesures à prendre doivent faciliter les transferts de liquidité entre entreprises pour renforcer leur trésorerie et contribuer à la relance de l’économie. Limiter les effets de la crise et renforcer la confiance des affaires passera par une simplification des procédures d’accompagnement au recouvrement des créances. Un tel choix créera les conditions d’un dialogue vertueux et responsable entre acteurs de la vie économique tout en reconnaissant la centralité de leurs intermédiaires, experts de la médiation financière.

Un accompagnement sur mesure des entreprises sinistrées est-il nécessaire face à l’incertitude internationale ?

Les entreprises françaises craignent que les difficultés ne limitent leur croissance. 700.000 TPE, PME et ETI devront prochainement s’acquitter des aides reçues dans le cadre de la Covid-19(3). Pour autant, leur carnet de commandes peine à se remplir quand de nombreuses matières premières restent inaccessibles ou voient leur prix s’envoler. Cette charge supplémentaire vient s’ajouter aux dépenses incompressibles.

Certains secteurs sont particulièrement affectés comme le BTP, le transport, la logistique, le numérique ou la filière bois qui subissent cette situation et connaissent des retards de livraison. Autant de coûts additionnels qui se répercutent sur leurs marges et le montant de leurs prestations.

À eux seuls, ils représentent près de 50% des ouvertures de procédures collectives. Le ralentissement de l’économie dégrade fortement leur solvabilité et celles de leurs clients. Une situation qui dénote un besoin d’accompagnement par des experts en capacité d’identifier les problèmes conjoncturels de ces entreprises tout en recréant du lien avec leurs créanciers et d’anticiper ces risques.

Enrayer les faillites d’entreprises grâce à la simplification des démarches de recouvrement des créances

Dans ce contexte, le maintien de la situation financière de l’entreprise et le développement de son carnet de commandes doit rester au cœur des préoccupations du dirigeant. Il permettra de maintenir l’activité de sa société tout en sauvegardant les emplois dans une période ou l’allongement des délais de paiement compliquent les choses. Cette année, l’écart entre les délais de paiement contractuels et effectifs est de 17 jours en 2022 (4) (contre 11 jours en 2021).

Mais comment se projeter quand ses objectifs de croissance sont ralentis ? À ce jour, la complexité des démarches administratives relevant du recouvrement contraint les entreprises. Consommatrice de temps et d’énergie, elle peut même s’avérer infructueuse et rompre le dialogue avec les créanciers au point de déporter le dossier d’une résolution à l’amiable au litige juridique.

Simplifier le recours à des organismes privés se plaçant comme intermédiaires entre l’entreprise débitrice et sa créancière, permettrait de faciliter la résolution de situations complexes et endiguées.

Cette souplesse viendra rendre l’activité de l’entreprise en recherche de trésorerie durable et viable dans le temps, pour mieux affronter l’incertitude générée par l’actualité internationale.

Redonner de la confiance aux entreprises en assouplissant la relation à la médiation financière

Les experts de la médiation financière deviennent de véritables partenaires des chefs d’entreprises, lorsque des difficultés se présentent. Si le recours à ces spécialistes peut être freiné par la charge psychologique liée à une situation de recouvrement, leur accompagnement s’étend bien au-delà des difficultés de paiement de créances.

Évaluation de la performance du client, équilibre des engagements du contrat, négociation des termes de paiement… Leur connaissance des marchés contribue à donner plus de visibilité aux entrepreneurs sur leur trésorerie pour les aider à anticiper toute période de complexité.

Dans un environnement contraint et une réduction des opportunités de développement, il apparaît plus que nécessaire de faciliter la pérennité des entreprises. Cela passera également par un assouplissement des règles d’accès aux organismes de la médiation financière pour fluidifier la relance des marchés et octroyer un regain de confiance dans l’économie française.

1 Collectif, Prévisions économiques - Projections macroéconomiques, Banque de France, mars 2022

2 Données Intrum France à fin mars 2022

3 Coronavirus COVID-19 : soutien aux entreprises – Prêt garanti par l’État, Point de situation, Ministère de l’Économe, des Finances et de la Relance, 31 décembre 2021

4 Selon le dernier rapport d’Intrum sur les délais de paiement en entreprise