Mint, Ohm : petits fournisseurs d’énergie, spéculation et nucléaire

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 29 novembre 2022 à 9h13
Factures Electricite Hausse Rattrapage 1
42 EUROSLe tarif de l'Arenh est fixé à 42 euros le mégawattheure.

Les petits fournisseurs d’énergie ont-ils trouvé une faille spéculative concernant le mécanisme de l’Arenh, de plus en plus critiqué ? C’est ce que se demande la Commission de Régulation de l’Energie qui a lancé une investigation sur l’un d’entre eux : Ohm Energie. Le même dont nous vous parlions début août 2022 concernant un changement dans les conditions tarifaires…

Soupçons de spéculation sur fond de tarification Arenh

L’Arenh (Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique) est une nouvelle fois au centre des critiques, mais cette fois malgré lui. Alors que le mécanisme est accusé d’être en partie à l’origine des pertes d’EDF, la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) a lancé une investigation contre Ohm Energie et, selon la CLCV (Consommation Logement Cadre de Vie), aurait des soupçons sur Mint Energie. Les deux petits fournisseurs pourraient avoir trouvé une faille majeure dans ce mécanisme.

L’Arenh permet aux fournisseurs d’accéder à l’énergie électrique produite par le parc nucléaire français à un tarif préférentiel, le parc nucléaire étant géré par EDF. Cette énergie achetée à EDF est ensuite revendue, moyennant une hausse de prix et donc des bénéfices, aux clients finaux. Or, la période de calcul de l’Arenh se fait durant l’été, entre avril et septembre : plus les fournisseurs ont de clients à ce moment de l’année, plus ils peuvent demander d’énergie nucléaire à bas prix.

Mais si, ensuite, le nombre de clients baisse, notamment durant les mois d’hiver où la consommation est plus forte, aucun nouveau calcul n’est réalisé : et c’est là que la faille pourrait être réelle. En poussant les clients vers la sortie avant la baisse des températures et le raccourcissement des journées, les petits fournisseurs peuvent avoir plus d’énergie à bas prix que ce dont ils ont besoin.

Acheter pas cher, revendre plus cher… sur le dos d’EDF et des consommateurs

L’idée est simple, l’enquête dira si les soupçons sont justifiés. En tout cas, le principe est le suivant : démarcher à grands coups de promotions de nouveaux clients pour gonfler le portefeuille au moment du calcul des quantités d’Arenh, soit durant l’été, puis convaincre les clients de partir avant le début de l’automne et de l’hiver.

Or, il semblerait que ce soit ce qu’il s’est passé. Ohm Energie, début août 2022, annonçait à ses clients qu’ils devaient verser 500 euros de caution pour conserver leur contrat, sous peine de le voir être résilier en septembre 2022. Une somme que nombre de ménages ne pouvaient pas verser et qui se sont retrouvés contraints de quitter le fournisseur… qu’ils avaient rejoint par le biais d’offres groupées ou promotionnelles promettant des tarifs largement inférieurs à ceux réglementés pratiqués par EDF.

Mint Energie, qui ne semble pas encore concernée par une investigation de la part de la CRE, aurait eu une pratique similaire, si bien que la CLCV a déposé une action de groupe à son encontre.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Mint, Ohm : petits fournisseurs d’énergie, spéculation et nucléaire»

Laisser un commentaire

* Champs requis