Question sport, on a beau lui expliquer longtemps, le gouvernement ne comprend pas vite…

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Louis-Marie Valin Publié le 9 décembre 2020 à 16h36
Stade%20foot
400 MILLIONS €Le manque à gagner pour le football Français à cause de la pandémie est de plus de 400 millions d'euros.

Malgré les sollicitations, le gouvernement ne semble pas apprendre de ses erreurs comme en témoignent les récentes décisions annoncées par Jean Castex en matière de sport.

Une nouvelle ingérence du Premier ministre

Mardi dernier, lors d’un entretien sur BFM TV, le Premier Ministre Jean Castex annonçait clairement la couleur : « la Coupe de France 2021, c’est mort ». Une surprenante sortie médiatique qui n’est pas sans rappeler les déclarations de son prédécesseur à Matignon, Édouard Philippe qui avait entériné devant l’Assemblée Nationale le 28 avril dernier la fin des compétitions professionnelles, ciblant notamment la Ligue 1.

Encore une fois, les pouvoirs publics se muent donc en commandeurs des calendriers sportifs, faisant et défaisant les compétitions. Un positionnement qui ne leur avaient pourtant pas forcément réussi lors du premier confinement en raison des conséquences plus que discutables de leur décisions un brin prématurées.

Un trou de 400 Millions d'euros

En effet, difficile de considérer que le choix d’arrêter définitivement la Ligue 1 ait été une réussite. Alors que l’immense majorité de nos voisins avaient choisi la prudence en attendant de voir l’évolution de la situation avant de se prononcer définitivement, la France avait rapidement tranché dans le vif. Afin de privilégier la saison 2020/2021 et son nouveau diffuseur, la précédente a été trop rapidement enterrée avec les funestes conséquences que l’on sait.

Le football français s’est retrouvé confronté à une véritable double peine. D’une part les pertes structurelles, qu’ont également connu le secteur du spectacle, dues à l’absence de spectateurs dans les stades et de tous les revenus y étant liés. D’autre part, la Ligue 1 s’est retrouvée confrontée à une énorme perte de compétitivité face à ses rivaux en raison de la reprise des championnats étrangers. L’un dans l’autre, ce sont plus de 400 M€ de trous qui se sont accumulés dans la trésorerie des clubs alors qu’en plus, ce fameux diffuseur (Médiapro) fait aujourd’hui défaut...

Une fédération en danger

Une succession de mauvaises décisions dont on pouvait penser qu’elles serviraient de leçon pour le futur, d’autant qu’un conseiller spécial pour le sport professionnel, Fabrice Jouhaud, a été nommé en octobre. L’espoir de voir enfin le sport n’être plus uniquement considéré comme une activité de loisir mais avant tout comme une industrie comme une autre qu’il convient de protéger était donc légitime. Et pourtant, en s’ingérant une fois de plus, de manière aussi définitive (alors que le huis clos reste une solution préférable économiquement), l’exécutif met en danger les revenus de l’une de sa plus puissante fédération sportive.

Si Gaël Le Graet a cette fois pris position contre cette décision en demandant une audience présidentielle ce n’est pas pour rien. Par ricochet, c’est ainsi tout le mécanisme de solidarité entre mondes amateurs et professionnels, déjà en grande difficulté, qui pourrait s’effondrer. Grevant de 36 M€ supplémentaires le bilan de la FFF, la perte de la Coupe de France s’avèrerait vraiment gravissime.

La première fois c’est une erreur, la deuxième fois c’est une faute ! Incapable d’apprendre de ses échecs, ou de ses « non-réussites », le gouvernement emmène tranquillement le secteur sportif (91 Md€ et 448 000 emplois tout de même) dans le mur.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Louis-Marie Valin est consultant expert sport. Auprès d’agences ou d’annonceurs, il intervient sur des problématiques de communication, sponsoring, événementiel ou entreprenariat. Il est également membre de l’Observatoire du Sport Business et fondateur du site sport-vox.com.