Parmi les 300 plus riches familles de Suisse, 43 sont françaises

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 7 décembre 2012 à 9h51

Et elles ont les yeux rivés sur un bras de fer qui risque d'être costaud. Ce vendredi 7 décembre, François Hollande reçoit la présidente et ministre des Finances de la Confédération helvétique Eveline Widmer-Schlumpf à l'Elysée, pour aborder l'épineux sujet de la convention contre les doubles impositions en matière d'impôt sur les successions. Une rencontre au moins autant attendue coté français que côté suisse… mais redoutée également par certaines personnes !

43 familles en l'occurrence, françaises, richissimes, qui résident en Suisse. Car cela fait bien longtemps que la Suisse accueille nos compatriotes les plus fortunés. Le magazine genevois "Bilan" dresse d'ailleurs un décompte des 300 familles les plus riches installées de l'autre côté des Alpes. Parmi elles, 43 sont françaises. 14 de ces familles sont même milliardaires.

Les Français représentent d'ailleurs le second groupe national avec un patrimoine cumulé de 43,5 milliards de francs suisses, soit environ 36 milliards d'euros. Parmi les plus célèbres, on trouve notamment la famille Wertheimer (Chanel), Castel (Saint-Yorre et la bière 33 Export) ou bien la famille Bich, propriétaire du groupe Bic.

Pourtant la Suisse perd de son charme, d'après le magazine "Bilan". Le secret bancaire n'est plus ce qu'il était et la fiscalité suisse avec son fameux forfait fiscal est fortement critiquée au sein de la confédération helvétique. De plus, les conventions bilatérales, comme celle passée avec la France sur les successions (et discutée ce vendredi à l'Elysée) sont devenues moins avantageuses pour ces riches expatriés.

Enfin, malgré la contribution exceptionnelle de 75 % exigée désormais en France pour les plus riches, la Suisse semble avoir perdu son attractivité légendaire pour ces nouveaux millionnaires qui préfèrent désormais le Royaume-Uni, et à l'instar de Bernard Arnault, la Belgique. Le mythe suisse s'effondrerait-il ?

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis