Taux qui montent, taux qui baissent : l’impossible équation (1/2)

Par Charles Sannat Modifié le 6 juillet 2012 à 3h49

Je discutais ce matin avec un de mes clients qui s'inquiétait de l'évolution des taux d'intérêt. Il a une importante entreprise qui comme beaucoup de PME françaises est, hélas, en situation de trésorerie négative. En clair il doit emprunter tous les jours à sa banque pour financer son activité.

C'est peu connu du grand public, mais les banques ne prêtent jamais à taux fixe pour financer la trésorerie des entreprises. Les prêts octroyés le sont toujours sous forme de taux variables. Ce Monsieur fort sympathique me faisait part de sa crainte de voir les taux augmenter. C'est possible mais cela devrait rester dans des niveaux acceptables et convenables. Pourquoi ? Essayons d'abord de bien comprendre.

Les taux d'intérêts, c'est le prix auquel on achète l'argent. Dans un monde économique normal, trois éléments vont venir influer sur le prix de l'argent c'est à dire in fine les taux d'intérêt que l'on devra tous payer pour un crédit.

1/ La quantité d'épargne disponible

En théorie les crédits des uns sont l'épargne des autres. En théorie seulement car ces dernières années les banques ont fait à peu près n'importe quoi avec la bénédiction des autorités de régulation. Lorsqu'il y a beaucoup d'épargne disponible, il y a beaucoup d'argent à prêter. Donc cela pèse à la baisse sur les taux d'intérêt. L'inverse est évidemment vrai aussi. Lorsqu'il y a moins d'argent à prêter les taux doivent monter.

2/ La demande de crédit

Là aussi la science économique est simple. Si tout le monde veut acheter de l'argent, l'argent devient rare et donc l'argent devient cher. Donc lorsque les besoins en terme de financements sont importants les taux montent. Ce fut par exemple le cas au début des années 90 avec la réunification allemande qui nécessitait des milliards de l'époque. Les taux sont montés ver 10, 11% à cette période et sans inflation !! Un bonheur pour les épargnants.

3/ Le niveau de risque estimé

On le voit tous les jours avec les taux d'intérêts auxquels les pays européens en difficultés doivent emprunter. Plus la situation de ces pays est compliquée plus le risque est élevé pour le préteur. Du coup les taux montent vertigineusement et très rapidement. Le taux d'intérêt est donc aussi l'expression d'un risque.

Cliquez ici pour lire la suite...

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011. Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.