Taxer les milliardaires pour aider les pays pauvres ?

En 2012, une taxe de 1 % sur la fortune des 1226 milliardaires que
compte le monde rapporterait 46 milliards de dollars (37 milliards
d'euros) pour financer l'aide au développement, selon la Cnuced
(Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement).

François Hollande n'est pas le seul à vouloir taxer les plus riches : voilà que l'ONU s'en mêle aussi ! Dans son dernier rapport annuel sur la situation économique et sociale, la Cnuced (Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement) recommande en effet une série de mesures pour lever des fonds en faveur des pays en développement, dont une taxation des milliardaires sous la forme d'un prélèvement annuel qui pourrait rapporter des dizaines de milliards de dollars.

Quelques détails chiffrés : les auteurs du rapport estiment qu'en 2012, 1226 personnes sont à la tête d'une fortune supérieure à un milliard de dollars (425 aux Etats-Unis, 315 dans la région Asie-Pacifique, 310 en Europe, 90 dans le reste de l'Amérique Nord et Sud, et 86 en Afrique et au Proche-Orient). Ensemble, ces milliardaires représentent une fortune estimée à 4 600 milliards de dollars (3 746 milliards d'euros), soit 3,75 milliards de dollars (3 milliards d'euros) en moyenne par personne. Si bien qu'une taxe de 1 % sur cette colossale fortune pourrait rapporter... 46 milliards de dollars en 2012 !

Un prélèvement qui serait indolore pour les principaux intéressés, puisque selon le rapport, le milliardaire « moyen » posséderait toujours 3,7 milliards après cet impôt. « En dépensant 1000 dollars par jour [soit 814 euros, ndlr], il lui faudrait plus de 10 000 ans pour dépenser toute sa fortune », ajoute la Cnuced. D'autres voies pour financer l'aide au développement sont évoquées, comme des taxes sur les transactions financières et les émissions de CO2. Un arsenal qui pourrait rapporter plus de 400 milliards de dollars : autant de ressources pour aider les pays pauvres à améliorer leurs infrastructures ou leur système de santé, souligne l'agence de l'ONU.


A découvrir