Téléphonie mobile : hémorragie d’abonnés chez SFR

Par Olivier Sancerre Modifié le 18 mai 2015 à 10h12
Shutterstock 160560011
444 000SFR a perdu 444 000 abonnés mobiles au premier trimestre.

Depuis sa reprise en main par Numericable, SFR est en mode restructuration. Au grand bénéfice de la concurrence, puisque l’opérateur au carré rouge est le seul avoir perdu des abonnés mobile au premier trimestre.

C’est une véritable aubaine qui profite à tous… sauf à SFR. Au premier trimestre, Orange a recruté 164 000 abonnés mobile, Bouygues Telecom 146 000, tandis que Free Mobile gagne le jackpot avec 420 000 nouveaux clients ! De son côté, SFR ne peut que déplorer ses pertes : 444 000 abonnés ont quitté l’opérateur au carré rouge.

SFR trinque

La hausse, parfois mesquine, de certains tarifs, conjuguée à une communication hasardeuse ont fait en sorte de repousser une clientèle parfaitement au fait des offres de la concurrence, et pour qui il n’a jamais été aussi facile de passer d’un opérateur à un autre. SFR fait actuellement office de réservoir à abonnés pour les autres opérateurs, en attendant la fin de la restructuration opérée par le nouveau propriétaire.

Chaque opérateur joue ensuite sur sa propre partition. Chez Free Mobile, on profite des prix bas ; on vient chez Bouygues et Orange pour la qualité du réseau. Il est vrai que SFR n’a pas beaucoup de cartes en main pour attirer les clients : la direction a néanmoins promis d’investir lourdement dans les infrastructures afin de muscler les installations. Signe des temps, Free est passé devant SFR en termes de sites ouverts en 4G…

Des prix toujours en baisse

SFR doit se restructurer sur un marché sur lequel les prix ne cessent de se baisser. En témoigne le revenu par abonné, le fameux ARPU, qui baisse chez Bouygues et Orange (il se redresse légèrement chez Free, mais il part de beaucoup plus bas). Pas facile de dégager de la marge quand c’est le volume qui permet de générer des profits, et pas la valeur. En revanche sur l’accès internet fixe, il reste des opportunités pour tous les joueurs, même si là encore on y joue sur les prix pour attirer le chaland.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.