Confinement 3 : la SNCF réduit son offre TGV

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 26 mars 2021 à 6h21
Eurostar Sauvetage Sncf 1
65%La SNCF a vu sa demande baisser de 65% sur un an avec les nouvelles mesures de restriction.

Si le gouvernement refuse d’appeler les « mesures de freinage » par le terme populaire de « Confinement », il n’empêche que dans les 19 départements concernés, les habitants n’ont pas l’autorisation de sortir à plus de 10 kilomètres de chez eux, plus en cas de motif dérogatoire… et surtout pas le droit de faire des déplacements interrégionaux. La SNCF a donc décidé d’adapter son offre TGV en conséquence.

Tous les axes concernés par une baisse de l’offre TGV

Alors que le nombre de TGV n’a jamais atteint son niveau normal depuis le début de l’année 2021, avec en moyenne uniquement 50% des trajets proposés, les mesures restrictives mises en place depuis le 20 mars 2021 dans 16 départements et depuis le 25 mars 2020 dans trois départements supplémentaires, conduisent le transporteur à réduire une nouvelle fois la voilure.

La faute ? À l’impossibilité des Français de se déplacer, qui a réduit, selon la SNCF, la demande de 65% sur un an depuis l’annonce des nouvelles mesures. Et aucun des axes principaux n’est épargné : que ce soit sur la façade Atlantique, vers le Sud-Est ou encore sur l’axe Nord et l’axe Est, tous verront leur offre être réduite dès le 29 mars 2021.

Combien de TGV vont rouler ?

La SNCF a prévu, malgré tout, de maintenir le service, essentiel. D’autant plus que les Français peuvent malgré tout se déplacer de région confinée à une autre région s’ils justifient d’un motif impérieux.

Ainsi, sur l’axe Sud-Est, seuls 6 TGV sur 10 vont être affrétés, un peu plus sur l’axe Atlantique, moins touché par les restrictions, où l’offre sera entre 5 et 6 TGV sur 10. Vers l’Est, 4 à 5 TGV sur 10 seront disponibles et vers le Nord, la plus concernée par le Confinement 3, 3 sur 10 avec un renforcement au niveau du trajet Paris-Lille.

Le groupe a toutefois prévu d’augmenter l’offre en fonction des zones de vacances scolaires qui débutent en avril 2021.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis