Les entreprises en France

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Janin Audas Publié le 1 décembre 2020 à 15h00
Entreprises Directeur Affaires Financiers Enjeux
99,7%99,7% des entreprises en France sont des PME de moins de 250 salariés

Si tout le monde a pris conscience de la structure du tissu des entreprises françaises, peu ont à l’esprit le poids des PME et des TPE dans la production. Et pourtant, les PME ont un apport très important dans l’économie de notre pays mais elles sont financièrement les plus fragiles, car sous capitalisées.

La dernière étude sur le tissu productif des entreprises en France, publiée en 2019 par l’INSEE, porte sur l’année 2017.

Le nombre total d’entités ayant une activité économique en France s’élevait à 3,855 millions entreprises. Si on exclut de ce nombre les sociétés holdings, les activités auxiliaires des services financiers, les entreprises des secteurs non marchands ayant une activité économique accessoire (administrations publiques, enseignement, santé et action sociale et activités associatives) et les exploitations forestières, le nombre d’entreprises du secteur marchand non agricole et non financier, se trouve ramené à 3,3 millions. Avec un peu plus d’un million d’autoentrepreneurs, le nombre d’entreprises du secteur marchand hors autoentrepreneurs est, en 2017, de 2,291 millions.

Par taille, ces entreprises se classent de la façon suivante :

Il ressort de ce tableau que 99,7% des entreprises en France sont des PME de moins de 250 salariés dont 93,7 % de TPE de moins de 10 salariés et 6% des entreprises ont entre 10 et 250 salariés.

Concernant les effectifs employés, avec 48% des emplois salariés, les PME et les TPE emploient un plus grand nombre de salariés que les Grandes entreprises (34%) et que les ETI (30%).

Le chiffre d’affaires (réalisé en France) des grandes entreprises ressort à un peu plus d’un tiers, autant que les PME et TPE ; les ETI en réalisant 30%.

Il est étonnant de constater que la valeur ajoutée produite par les PME et TPE ( 40%) est supérieure à celle des ETI (27%), mais également des Grandes entreprises (33%).

Concernant le total des bilans, il n’est pas surprenant que celui des Grandes entreprises ressorte à plus de 46 % puisque le total du bilan représente le montant des capitaux engagés pour l’ensemble de l’activité des entreprises. Les ETI mobilisent 30 % et les PME et TPE 23 % des capitaux.

Quant aux investissements, la palme revient, bien entendu, aux Grandes entreprises avec 37 %, mais la performance des PME et TPE est loin d’être négligeable car leurs investissements représentent un peu plus de 32 % de l’investissement total.

La crise économique engendrée par la crise sanitaire aura fragilisé les entreprises, particulièrement les TPE et les PME ; nous estimons le nombre de défaillances d’entreprise à venir à plus de 100.000, soit le double des défaillances enregistrées en 2019. A titre de comparaison, en 2009, au plus fort de la crise financière, il y a eu plus de 63.000 défaillances.

Une défaillance d’entreprise c’est, à 90 %, une liquidation judiciaire, la ruine de l’entrepreneur, le chômage pour les salariés, des créances impayées pour les fournisseurs et les autres créanciers, et, trop souvent, une rupture familiale et une dépression du chef d’entreprise qui se retrouve au RSA.

Afin d’éviter cette catastrophe annoncée pour 2021, avec la fin des aides de l’Etat, il faudra permettre un étalement du remboursement des dettes accumulées en 2020 et favoriser les apports de fonds propres par des mesures appropriées. C’est à ce prix que l’accroissement du chômage pourra être limité et le PIB sauvegardé.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Commissaire aux comptes, conseil en management d'entrepriseExpert-comptable honoraireVice-président du Mouvement ETHICPrésident fondateur du cabinet 01 AUDIT ASSISTANCE