Fin de la trêve hivernale : plus de 60.000 personnes menacées d’expulsion

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 31 mai 2021 à 11h49
Payer Son Loyer Coronavirus Locataire
61%61% des moins de 35 ans tablent sur une hausse de leurs loyers.

En temps normal, la trêve hivernale, période durant laquelle aucune expulsion ne peut-être réalisée en France, se termine le 31 mars. Mais comme en 2020, Covid-19 oblige, en 2021 la fin de cette période a été reportée. Elle s’était terminée le 10 juillet en 2020, elle se terminera le 1er juin en 2021. Les associations sont déjà inquiètes.

Des dizaines de milliers de personnes risquent de se retrouver à la rue

Alors que la pandémie de Covid-19 est loin d’être terminée, malgré une vaccination qui avance rapidement, la fin de la trêve hivernale qui aura lieu mardi 1er juin 2021 risque d’impacter des dizaines de milliers de personnes. 30.000 ménages, selon la fondation Abbé Pierre qui a publié un communiqué de presse sur le sujet le 24 mai 2021, soit « près de 66.000 personnes ».

Les associations mettent en avant la situation, complexe et très défavorable aux ménages en difficultés : « un contexte sanitaire, économique et social dramatique, qui fragilise en premier lieu les plus précaires », écrit la fondation Abbé Pierre.

Sur FranceInfo, Kean-Baptiste Eyraud, porte-parole de l’association Droit au Logement (DAL), dénonce, de son côté « une période où les loyers flambent et où les milieux de l'immobilier gagnent beaucoup, beaucoup d'argent ». « Le problème, c'est que tout est fait pour que ceux qui ont de l'argent gagnent de l'argent, tandis que ceux qui ne peuvent pas se loger vivent dans des conditions terribles ou sont menacés d'expulsion ».

« Il ne peut pas y avoir d’année blanche »

La ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, ne compte toutefois pas changer les règles : la fin de la trêve hivernale aura bien lieu. Au Parisien, elle confirme qu’il « ne peut y avoir d’année blanche en termes d’expulsions, ni de moratoire ».

Le gouvernement vise toutefois à cibler les situations au cas par cas et a donné des indications, selon le journal : un rééchelonnement des dossiers jusqu’en 2022 et une priorisation des dossiers qui mettent en difficulté les bailleurs « qui dépendent de leur loyer pour assurer leurs revenus », ceux concernant des locataires problématiques « portant gravement atteinte à leur environnement matériel et/ou humain » ou encore les locataires qui ne payent pas alors qu’ils le pourraient financièrement.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Fin de la trêve hivernale : plus de 60.000 personnes menacées d’expulsion»

Laisser un commentaire

* Champs requis