Il y a trop peu de télétravailleurs selon le ministère du Travail

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Paul Laurent Modifié le 12 janvier 2022 à 16h05
Pas Assez Teletravail Janvier Omicron
1.000 eurosEn cas de non-respect du protocole sanitaire, les employeurs feront face à une amende allant jusqu'à 1.000 euros par salarié

Moins de deux tiers des Français pouvant télétravailler ont eu recours au travail à distance au cours de la première semaine de janvier 2022. Un chiffre jugé trop faible par le ministère du Travail alors que le variant Omicron continue de se répandre sur le territoire français.

Des résultats « pas à la hauteur de la situation sanitaire »

Selon les chiffres d’un sondage réalisé par le cabinet d’étude Harris interactive pour le ministère du Travail, le nombre de télétravailleurs lors de la première semaine de janvier 2022 est resté stable par rapport à la deuxième semaine de décembre 2021. A la mi-décembre 30% des actifs pouvant télétravailler l’ont fait partiellement contre 29% entre le 3 et le 9 janvier 2022.

Parmi les actifs qui peuvent facilement avoir recours au télétravail, ce sont 60% qui ont télétravaillé au moins partiellement contre 58% à la mi-décembre. C’est en Île-de-France que le télétravail a le plus progressé. En effet, si à la mi-décembre les actifs pouvant télétravailler facilement étaient 62% à le faire, ils étaient 69% lors de la première semaine de janvier. Pourtant, face à la recrudescence du nombre de personnes contaminées par le variant Omicron, le protocole sanitaire en entreprise fixe « un nombre minimal de trois jours de télétravail par semaine, pour les postes qui le permettent ».

Vers de nouvelles sanctions

En cas de non-respect de ce protocole sanitaire en entreprise, les employeurs vont faire face à de nouvelles amendes administratives prévues dans le cadre de la loi sur le pass vaccinal. « On ne peut pas transiger avec la protection de la santé des salariés », explique le ministère du Travail. Ainsi, les employeurs ne respectant pas le protocole sanitaire pourront avoir une amende allant jusqu’à 1.000 euros par salarié.

Avec la vague de variant Omicron sur le territoire national, 74% des salariés se sentent protégés par le protocole sanitaire en entreprise selon l’étude de Harris interactive. Il s’agit d’une baisse de 4 points par rapport à mi-décembre 2021 au début de la vague Omicron. Toujours selon le sondage, plus de trois quarts des salariés trouvent les sanctions contre les entreprises justifiées en cas de non-respect du protocole sanitaire.

Laisser un commentaire

* Champs requis