Ultimatum des bonnets rouges au gouvernement pour la suppression de l’écotaxe en Bretagne

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 13 décembre 2022 à 20h41

Quand Breton fâché, lui toujours faire ainsi.

La décision gouvernementale de suspendre l'écotaxe pour calmer le jeu en Bretagne n'a pas plu aux manifestants, les désormais célèbres "bonnets rouges" qui entendent voire supprimer purement et simplement cette taxe poids lourds.

La suppression de l'écotaxe, le leitmotiv des bonnets rouges

Ces bonnets rouges ont donc lancé mardi, en fin de journée, un ultimatum au gouvernement pour qu'il supprime l'écotaxe de ses mesures à venir. L'ultimatum expire ce mercredi, dans l'après midi. Si le gouvernement n'accède pas à leur requête, les Bretons promettent de nouvelles actions dans toute la Bretagne. Un mouvement qui pourrait assez facilement s'étendre aux autres régions de France, ce que craint par dessus tout l'exécutif…

Début des réunions sur le "Pacte d'avenir pour la Bretagne"

En parallèle débutent également ce mercredi les premières réunions sur le "Pacte d'avenir pour la Bretagne", à l'initiative du Premier ministre. Ont donc été conviés à ce pacte les parlementaires, les préfets des quatre départements bretons, les partenaires sociaux et le collectif des acteurs économiques de Bretagne, qui affirme aujourd'hui représenter 150 000 entreprises.

A ce sujet, le maire DVG de Carhaix, Christian Troadec, membre du collectif "Vivre, décider et travailler en Bretagne" a notamment déclaré : "nous attendons clairement la suppression de l'écotaxe pour demain midi pour la Bretagne". Les choses sont claires. Ce collectif est désormais une véritable force d'opposition.

De nouvelles actions à prévoir

C'est d'ailleurs lui qui est à l'origine, également, de la grande manifestation qui a eu lieu à Quimper samedi dernier, réunissant entre 15 000 et 30 000 personnes. "Si le gouvernement ne répond pas favorablement à cet ultimatum, "il y aura sans aucun doute de nouvelles actions" a également concédé Christian Troadec. Le gouvernement est prévenu.

Et les débordements de la manifestation de Quimper devraient donc lui donner matière à réfléchir. Pourtant, mardi, le ministre des Transports Frédéric Cuvillier a insisté pour que l'écotaxe soit mise en place mais en se gardant bien de donner une date.

La Bretagne particulièrement touchée par les plans sociaux

Cette fronde contre l'écotaxe s'accompagne également d'un climat social tendu en Bretagne. Le Finistère, notamment est particulièrement touché par les restructurations et les plans sociaux, comme chez Tilly-Sabco et Marine Harvest dont les salariés multiplient aujourd'hui les actions coup de poing.

Aujourd'hui, les réunions ont commencé à 9h avec le préfet, les partenaires sociaux et les organisations patronales. A 14h30, les autres participants rejoindront la table des négociations, avant que ne sonne la fin de l'ultimatum.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Aucun commentaire à «Ultimatum des bonnets rouges au gouvernement pour la suppression de l’écotaxe en Bretagne»

Laisser un commentaire

* Champs requis