Un chèque à la place de la ristourne de 18 centimes sur l’essence ?

Par Olivier Sancerre Modifié le 26 avril 2022 à 13h40
Essence Ristourne Cheque 2
4 MILLIARDSLa ristourne sur l'essence représente un coût compris entre 3 et 4 milliards d'euros pour les finances publiques.

Jusqu'au 31 juillet, tous les automobilistes peuvent bénéficier de la ristourne de 18 centimes sur le litre d'essence. Mais ensuite ? Le gouvernement réfléchit à un nouveau dispositif plus ciblé.

Par quoi remplacer la ristourne de 18 centimes du litre à la pompe ? Cette mesure de soutien au pouvoir d'achat a été mise en place le 1er avril et elle se poursuivra jusqu'au 31 juillet. Mais pour la suite et alors que les cours du pétrole restent orientés à la hausse, le gouvernement cherche à cibler la mesure, notamment pour réduire la facture qu'elle représente pour les finances publiques (entre 3 à 4 milliards d'euros pour les quatre mois). Bruno Le Maire, qui demeure en poste à la tête du ministère de l'Économie en attendant qu'Emmanuel Macron choisisse son nouveau gouvernement, a esquissé des pistes.

Viser les automobilistes

Au micro de Franceinfo, le patron de Bercy se dit favorable à un dispositif « plus efficace » visant à cibler les personnes qui n'ont pas d'autre choix que de prendre leur voiture pour aller travailler, ou parce qu'ils sont de gros rouleurs. « Le problème de la ristourne à 18 centimes, c'est qu'elle profite à tout le monde, quel que soit votre niveau de vie » : aussi bien les ménages modestes que les plus aisés qui n'ont pas vraiment besoin de ce coup de pouce à la pompe. Pour cibler les automobilistes bénéficiaires, Bercy a déjà finalisé le travail technique en croisant les données entre niveau de revenus, le véhicule possédé et sa consommation, le nombre de kilomètres parcourus…

Une mesure au coût élevé

« C'est un gros travail technique qui a été fait et qui nous permet, alors que nous ne pouvions pas le faire il y a quelques mois, d'avoir un dispositif qui soit plus ciblé », a expliqué Bruno Le Maire. La mesure pourrait être votée dans le courant du mois de juillet et prendre la forme d'un chèque ou d'un crédit d'impôt. Quant au bouclier tarifaire, et suivant la promesse du désormais élu Emmanuel Macron, il durera aussi longtemps que nécessaire.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «Un chèque à la place de la ristourne de 18 centimes sur l’essence ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis