Un Japonais sur cinq risque la mort par surmenage

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Publié le 10 octobre 2016 à 10h57
France Chomage Travail Burnout
20 %Au Japon, la mort due au surmenage est une menace dans une entreprise sur cinq.

En Europe, et tout particulièrement en France, nous connaissons le burn out, le symptôme d’épuisement professionnel. Mais au Japon, on se tue (littéralement) au travail.

Plus de 80 heures par mois

Ces dernières années, les cas de « karoshi » se multiplient au Japon. De quoi s’agit-il ? Le «karoshi» signifie littéralement la mort par l’excès de travail. Le phénomène prend une telle ampleur chez les Japonais qu’un livre blanc sur le sujet vient d’être approuvé par le cabinet du Premier ministre, comme l’explique un article du Figaro.

Selon un rapport remis au premier ministre, un Japonais sur cinq risque de mourir au travail en raison d'un surmenage.

Et pour cause : dans plus d’une entreprise sur cinq, certains employés travaillent plus de 80 heures par mois. Un employé japonais sur cinq travaille plus de 49 heures par semaine en moyenne.

Crise cardiaque, accident vasculaire cérébral, suicide...

Non seulement ils travaillent énormément, mais les conditions de travail sont rudes. Le niveau de pression est notamment particulièrement élevé.

Et les Japonais rechignent à prendre des jours de vacances ! Ils bénéficient pourtant de 20 jours de congés payés et de 15 jours fériés par an. Mais nombre d’entre eux préfèrent travailler plutôt que laisser leurs collègues faire le travail à leur place… !

Résultat : des centaines de décès liés au surmenage sont recensés chaque année au Japon. Les forçats du travail font une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral voire se suicident.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis