Vaccination anti-Covid des 5-11 ans : les deux parents doivent dire « oui »

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 7 janvier 2022 à 8h40
Vaccin Janssen Echecs
20,9%20,9% de la population n'est pas vaccinée en France.

Un nouveau changement dans les règles de vaccination en France a été annoncé jeudi 6 janvier 2022 : il concerne la vaccination des plus jeunes, la tranche 5-11 ans. Il faudra désormais l’accord des deux parents… ce qui ne manquera pas de risquer de créer des tensions au sein du couple, et encore plus en cas de parents séparés.

Le double avis favorable nécessaire pour vacciner les plus petits

Elle n’est ouverte que depuis le 22 décembre 2021 : les 5-11 ans ont été la dernière tranche à avoir le feu vert de la Haute Autorité de Santé, et donc du gouvernement, pour la vaccination. Et jusqu’au 6 janvier 2022, elle se déroulait plutôt rapidement : plus de 65.000 enfants vaccinés, alors même que cette vaccination n’est pas obligatoire, et ne le sera pas non plus pour avoir le Pass vaccinal qui a été adopté à l’Assemblée nationale. Le Pass vaccinal ne s’applique en effet qu’à partir de 12 ans, et même 16 ans dans certains cas.

Mais le Conseil d’État, saisi sur la question de l’autorisation de vacciner les plus jeunes, vient de mettre un coup de frein : le ministère de la Santé a annoncé, jeudi 6 janvier 2022, que la règle change. Les deux parents doivent vouloir la vaccination de l’enfant, faute de quoi celle-ci ne peut avoir lieu. Avant, l’aval d’un seul des deux parents suffisait.

Un seul parent présent suffit, le délai de la deuxième dose modifié

Dans les faits, les deux parents ne doivent toutefois pas nécessairement être présents lors de l’injection : un seul des deux parents suffit, mais il doit se munir d’une attestation sur l’honneur signée par le deuxième parent confirmant sa volonté de faire vacciner son enfant. Un changement de taille, qui risque de créer des tensions, mais qui ne s’applique pas pour les 12-15 ans : pour cette tranche d’âge, l’accord d’un seul parent suffit. Pour les plus de 16 ans, par ailleurs, l’accord parental n’est pas nécessaire.

Autre changement annoncé par le ministère de la Santé jeudi 6 janvier 2022 : le délai entre la première et la deuxième dose, pour les 5-11 ans, est modifié : si 21 jours reste « optimal », la deuxième dose peut être injectée dès le 18e jour après la première, et jusqu’au 24e. Pour rappel, le vaccin pour les 5-11 ans est le vaccin Pfizer, mais moins dosé.

Une dose de rappel pour tous les adolescents ?

La propagation rapide d’Omicron pourrait bientôt conduire à un changement de stratégie vaccinale concernant les 12-17 ans : le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV), organe purement consultatif, estime utile de prévoir une troisième dose booster pour les adolescents.

Un avis en ce sens a été rendu publique fin décembre 2021, mais ni le gouvernement ni les autorités de santé ne se sont encore prononcés sur le sujet : la Haute Autorité de Santé a recommandé la dose booster uniquement pour les adolescents fragiles.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis