Vélo électrique : Combien ça coûte, combien ça… économise ?

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 19 mai 2014 à 12h07

On voudrait dégouter les français du vélo éléctrique que l'on ne s'y prendrait pas autrement. Dans les reportages ou "dossiers conso" qu'il m'a été donné de voir ces dernières semaines à la télévision ou dans la presse mag, j'ai découvert avec étonnement qu'un vélo électrique coûtait minimum 1000 euros. Et bien souvent, les modèles présentés et mis en avant -testés par le journaliste ?- étaient surtout des modèles à 2500 euros. Une somme qui fait réfléchir, alors que le prix, ne nous voilons pas la face, est le principal critère de choix du consommateur dans la France en crise de 2014.

Pourtant, le vélo électrique connaît un véritable succès désormais en France, et il ne faut pas chercher très loin pour trouver des vélos électriques à prix abordable. Chez Decathlon, l'enseigne de sport présente dans 260 villes en France, le premier vélo électrique est proposé à 700 euros. Chez Carrefour, pour la fête des mères, un vélo électrique est ainsi proposé en promotion exceptionnelle, à 499 euros. Mais on peut trouver encore moins cher : Souvent à quelques mêtres de Decathlon et Carrefour, dans la même zone commerciale, vous trouverez des vélos électriques à moins de 350 euros dans une enseigne innatendue, chez Norauto !

Si l'on trouve des vélos électriques à 350 euros, vous me direz, quelles différences avec ceux à 700, 1000, 1500 ou 2500 euros ou plus encore ? Et bien d'abord, soyons clairs : la même différence qu'entre une Twingo à 7290 euros (hors promotions) et une Mini à 18000 euros. Les deux vous permettent de vous déplacer en ville en allant d'un point A à un point B, ce qui est quand même la fonction première d'un véhicule !

Lire le suite sur Yahoo! Finances

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis