Historique : pour la première fois en dix ans, le marché des cigarettes recule en France

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 23 avril 2013 à 5h11

Une bonne nouvelle pour la santé des Français, une moins bonne pour les buralistes et pour les caisses de l'Etat...Pour la première fois depuis dix ans, les buralistes ont enregistré une baisse de leur chiffre d'affaires lié à la vente de tabac (-2,5%), selon des chiffres publiés lundi par Altadis Distribution France (Imperial Tobacco).

Il faut savoir que depuis trois ans, les ventes reculent. Au premier trimestre, cela a encore été le cas (-2%). En outre, « seules » 11,5 milliards de cigarettes ont été livrées aux buralistes (-8,6%). Mais c'est bien la première fois depuis 2003 que le marché des cigarettes baisse aussi en valeur. Explications : jusqu'à présent, la baisse des ventes était compensée par la hausse -modérée mais constante- du prix des paquets de cigarettes (il faut désormais débourser plus de 6 euros pour s'offrir un paquet). Si bien que les buralistes continuaient à encaisser les mêmes sommes grâce au tabac. Ce n'est plus le cas !

Cela ne signifie pas pour autant que les Français ont renoncé à s'en griller une. Si les ventes dans les bureaux de tabac reculent en France, les achats à l'étranger -notamment en Belgique et au Luxembourg où les taxes sont moins importantes et donc le prix du paquet moins élevé-, sur internet et via la contrebande augmentent.

Ce renversement de tendance, qui ne sera peut-être que temporaire, est de mauvaise augure pour l'Etat, qui prélève de fortes taxes sur le tabac, près de 80% du prix des cigarettes, au nom de la protection de la santé publique. Moins de ventes et moins de chiffre d'affaires dans ce secteur signifient moins d'argent dans ses caisses. En 2012, les cigarettes avaient rapporté 15,5 milliards d'euros à l'Etat.

Sans compter que l'Etat s'est engagé à compenser les pertes de revenus pour les buralistes via des aides importantes. Ces aides, nées après les premières fortes hausses de prix du tabac en 2002, se sont élevées en tout à 2,6 milliards d'euros entre 2004 et 2011. Récemment, la Cour des Comptes les a jugées parfaitement « injustifiées »... Or vu la situation, les syndicats vont certainement monter au créneau prochainement pour en réclamer davantage. Jolie négociation en perspective !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.