Voiture électrique : l’aide de l’État ne sera pas pour tous !

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 3 juin 2022 à 12h08
Voiture Electrique Vente Progression Marche
100 eurosL'aide de l'État pour obtenir une voiture électrique à 100 euros par mois sera pour des métiers bien ciblés.

On commence à en savoir un tout petit peu plus sur la promesse électorale d’Emmanuel Macron formulée le 17 mars dernier pendant la campagne présidentielle. Laquelle ? Celle d’une “voiture électrique à 100 euros par mois” pour tous les Français.

Une aide pour les métiers mobiles

Manque de chance, finalement, cette offre subventionnée par l’État ne concernera sans doute pas tous les Français. Ce ne sera pas qu’une simple question de revenus. Il faudra aussi que l’utilisation de la voiture soit indispensable à l’exercice ²du métier du demandeur.

Ainsi, par exemple, une infirmière libérale à domicile, une auxiliaire de vie ou encore un plombier ou un électricien seront éligibles à l’aide, ou plutôt, pourront donc louer une voiture électrique pour 100 euros par mois. En revanche, ceux qui doivent parcourir 30 km le matin et 30 km le soir pour aller travailler seront priés d’enfourcher leur bicyclette s’ils trouvent l’essence trop chère, ou encore si leur voiture est interdite de circulation, à cause de l’instauration d’une zone à faibles émissions sur leur trajet domicile-travail.

Un coût exorbitant pour les foyers

Pour le reste, c’est un peu le grand flou. On sait que l’État avait prévu de mettre 500 euros par dossier sur la table. Problème : il n’y a pas beaucoup de voitures électriques qui peuvent être achetées ou louées pour 100 euros par mois. Sans compter que bien souvent, le premier loyer n’est pas de 100, mais de 1.500 ou 2.500 euros.

Autant dire que si vous comptiez sur cette promesse pour vous équiper demain, il va falloir peut-être changer votre fusil d’épaule. La ministre de la Transition énergétique a prévenu que le dispositif ne serait pas prêt pour septembre, mais peut-être pour la fin de l’année.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016. Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time.  En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007. Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an. En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier.  Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018.   Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Aucun commentaire à «Voiture électrique : l’aide de l’État ne sera pas pour tous !»

Laisser un commentaire

* Champs requis