Zimbabwe : Amplats utilise un financement innovant

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Economie Matin Afrique Publié le 5 novembre 2012 à 10h07

En vertu de la loi d’indigénisation de l’économie zimbabwéenne, Anglo American Platinum (Amplats) a conclu un accord avec le gouvernement qui prévoit la cession de 51% de la mine d’Unki à des intérêts nationaux, parmi lesquels les employés de la mine eux-mêmes.

Amplats met en place un prêt (Notional Vendor Finance NVF) de maturité 10 ans pour permettre aux nouveaux acquéreurs d’accéder au contrôle majoritaire sans débourser en cash 142 millions $.

Le NVF sera remboursé à hauteur de 85% des dividendes futurs que devraient toucher les nouveaux acquéreurs. Ce prêt est sécurisé par le nantissement des actions des nouveaux actionnaires zimbabwéens.

« Nous sommes heureux d'avoir franchi cette étape importante de notre démarche avec un operateur comme Amplats. Le respect des lois du Zimbabwe assurera le développement à long terme et durable de la mine d’Unki », s’est félicité Saviour Kasukuwere (photo), ministre de l’indigénisation qui précise que le Zimbabwe dispose de la deuxième réserve mondiale de platine derrière l’Afrique du Sud.

Le fonds public National Indigenisation Economic Empowerment Fund recevra une allocation de 21% du capital de la mine d’Unki, le fonds communautaire Tongogara Community Trust 10%, Employee Share Ownership Trust 10% et divers investisseurs privés nationaux 10%.

En 2013, la production attendue de cette nouvelle mine, totalement automatisée serait de 120 000 tonnes par mois.

Amplats est une filiale Anglo American Plc (LES : AAL ; JSE : AGL).

Sur le même sujet

20/08/2012 - Flambée du prix du platine sur fonds de crise sociale en Afrique du sud

26/07/2012 - Mozambique : Anglo American investit 555 millions $ dans projet de coke

14/12/2011 - Zimbabwe : les derniers fermiers blancs seront expropriés, selon Mugabe

22/08/2011 - Mugabe somme les banques étrangères de céder 51% aux Noirs zimbabwéens

 

 
 
Cropped Favicon Economi Matin.jpg

La rédaction d'Economie Matin Afrique

Laisser un commentaire

* Champs requis