Réforme des retraites : même la CFDT menace de lutter contre

La réforme des retraites sera le dossier chaud du gouvernement en ce début d’année 2023. L’exécutif a répété à plusieurs reprises son intention de la mener à bien, s’attirant les foudres des syndicats et, surtout, des Français, majoritairement opposés à la mesure. Et, désormais, même le syndicat qui était son allié, la CFDT, annonce se mobiliser.

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 4 janvier 2023 à 9h44
Reforme Des Retraites Cfdt Manifestation Lutte Opposition
20%Les retraités représentent 20% de la population française.

La CFDT menace de rejoindre le front de lutte

Les syndicats les plus à gauche en France, CGT et FO en premier lieu, avaient dès le départ manifesté leur opposition à la réforme des retraites. Mais c’était attendu : la retraite, est un des points de lutte traditionnels de ces derniers. Le gouvernement pouvait néanmoins compter sur son allié, le syndicat « réformiste » qu’est la CFDT. Du moins, jusqu’à ce mardi 3 janvier 2023.

La situation a changé à la suite du rendez-vous donné par le gouvernement aux syndicats le 3 janvier 2023. Laurent Berger, à la tête de la CFDT, a déclaré officiellement être opposé à la réforme des retraites. « On ressort déterminés à ne pas laisser passer une réforme qui va d’abord impacter les plus modestes », explique-t-il à l’issue du rendez-vous qui s’est tenu à Matignon. « La CFDT se mobilisera. »

La question de l’âge de départ au centre de la mobilisation contre la réforme des retraites

Si la CFDT n’est pas opposée à une réforme du régime, le syndicat a fixé sa ligne rouge. C'est l’âge légal de départ. Il fait partie des pistes étudiées par le gouvernement pour redresser la barre du régime, déficitaire. « Je le dis ici et je l’ai dit à la première ministre : s’il y a un report de l’âge légal de départ en retraite à 64 ou 65 ans, la CFDT se mobilisera pour contester cette réforme », a affirmé le syndicaliste à la tête de la CFDT.

Pour l’exécutif, c’est une très mauvaise nouvelle : il perd un allié de taille, le seul, d’ailleurs, au sein des syndicats des salariés. Car du côté du patronat, au contraire, la réforme est plutôt vue d’un bon œil. À l’instar de ce qu’a déclaré François Asselin, président de la Confédération des PME (CPME). « La CPME, au moment où je vous parle, est plutôt favorable au projet porté par le gouvernement », a-t-il assuré.

Les Français opposés à la réforme des retraites

Or, le gouvernement devra également faire face à la grogne des Français. Car ces derniers ne veulent pas de la réforme. 54% des interrogés par Harris Interactive-Toluna pour RTL, dans un sondage dévoilé lundi 2 janvier 2023, déclarent y être opposés. Seuls les soutiens du parti présidentiel, les LR ou encore celles et ceux qui ne sont pas concernés par la réforme (les seniors et, évidemment, les retraités), soutiennent le projet du gouvernement.

Les concernés, eux, sont en majorité opposés aux changements proposés par le gouvernement. Tout particulièrement dans les rangs des deux extrêmes : 84% d’opposition chez LFI, 66% chez le RN.

Et, forcément, la révélation qu’Elisabeth Borne échapperait elle-même à sa propre réforme de quelques mois seulement, fait pointé du doigt le 3 janvier 2023 par les journalistes de FranceInfo, ne va pas aider la Première ministre. Elle apparaît, de fait, comme celle qui veut faire travailler plus les autres, mais pas elle-même. Bien que ce ne soit en réalité qu’une coïncidence.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Réforme des retraites : même la CFDT menace de lutter contre»

Laisser un commentaire

* Champs requis