Renault et Nissan auraient trouvé un terrain d’entente pour rééquilibrer leurs relations

Renault et Nissan tentaient depuis des mois de trouver un terrain d’entente pour rééquilibrer leurs relations au sein de l’Alliance, où les relations sont pour le moins houleuses depuis des années. Un accord serait sur le point d’être signé.

Par Olivier Sancerre Publié le 17 janvier 2023 à 14h26
Renault Nissan Trouve Terrain Entente Reequilibrer Relations
43,7%Renault possède actuellement 43,7% du capital de Nissan.

Certes, Renault a sauvé Nissan de la faillite lorsque le groupe français alors dirigé par Carlos Ghosn redresse le constructeur japonais. À cette occasion, il devient aussi l'actionnaire principale du groupe. Mais depuis, la situation s'est rééquilibrée entre les deux entreprises et cela fait plusieurs années maintenant que Nissan réclame une meilleure répartition des positions au sein de l'Alliance. Quant à Renault, engagé dans une réorganisation d'ampleur, on avait besoin de l'accord du partenaire japonais. L'AFP rapporte qu'un terrain d'entente a finalement été trouvé.

De l'argent et des brevets

À cette occasion, Renault accepterait de baisser sa position dans le capital de Nissan, elle passerait de 43,7% à 15%. Nissan de son côté aurait 15% du capital de Renault, chacun ayant les mêmes droits de vote. Surtout, le constructeur de l'archipel accepterait de verser une partie de ses brevets et de sa propriété intellectuelle dans Ampere, le pôle « électrique » de Renault. C'était un des principaux points bloquants qui aurait finalement sauté. Nissan n'aurait plus non plus d'objection concernant la filiale « Horse » de Renault, celle chargée des véhicules à moteur thermique dans laquelle le groupe chinois Geely a également investi.

Nissan aurait levé les points bloquants

Le dossier était compliqué par la présence de l'État français dans le capital de Renault, dont il détient 15%. Une rencontre entre Emmanuel Macron et le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, aurait permis d'aplanir les différends et surtout, de rassurer les administrateurs indépendants de Nissan sur la bonne volonté du gouvernement français dans ce nouveau partage des tâches. L'accord pourrait être signé début février, quelques jours après une réunion de l'Alliance à Tokyo à la fin du mois.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «Renault et Nissan auraient trouvé un terrain d’entente pour rééquilibrer leurs relations»

Laisser un commentaire

* Champs requis